Clicky

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

drapeaux grecs

Par le Parti de la démondialisation

Le 4 décembre 2020

Nous publions l’appel à la formation d’une alliance politique de quatre organisations grecques. Cette coalition d'organisations souverainistes grecques dénonce l’occupation économique et le démantèlement du pays par les politiques de l’Union européenne.

En Grèce, comme en France, les décennies de politiques d'austérité de l’Union européenne portent leurs fruits toxiques, remettent en cause la souveraineté nationale et l’existence même du pays

coughlan 1

Par Anthony Goughlan porte-parole de ‘’The National Platform EU Research and Information Centre ‘’ d’Irlande.

Le 20 octobre 2020

Après avoir perdu la bataille électorale, les forces anti-Brexit s’efforcent de vider le vote des Britanniques de sa substance, le recouvrement de la souveraineté.
La propagande hystérique de l’UE porte désormais sur la soi-disant impossibilité de discuter sérieusement avec le gouvernement de Boris Johnson, le spectre d’une absence d’accord commercial (No deal), le risque d’un rétablissement d’une frontière entre l’Irlande du nord et celle du sud conduisant à une nouvelle «guerre civile ».
Face à la volonté de l’UE et des gouvernements néolibéraux qui la composent de délibéré-ment créer peur et angoisse, nous publions la déclaration d’Anthony Coughlan, porte-parole de ‘’The National Platform EU Research and Information Centre ‘’ d’Irlande.

plan de relance

Par le Parti de la démondialisation

Le 29 juillet 2020

La messe est dite : l’accord est historique ! « Nous sommes parvenus à un accord sur le plan de relance et le budget européen. Ces négociations, qui se sont déroulées en des temps très difficiles pour tous les Européens et toutes les Européennes, ont, bien sûr, été difficiles. Un marathon qui a été couronné de succès pour l'ensemble des 27 États membres, mais surtout pour les citoyens et les citoyennes. C'est un bon accord. C'est un accord solide. Et, surtout, c'est l'accord qui convient le mieux à l'Europe, en ce moment. » Ainsi parlait Charles Michel, président du Conseil européen à l’issue du Sommet extraordinaire de juillet 2020. (1)

le 29 mai 2005 55 des electeurs francais votaient non au referendum de constitution europeenne

29 MAI 2020

par le Parti de la démondialisation

Et voilà ! Encore une fois les Français avaient raison. Le 29 mai 2005 le NON majoritaire au TCE (Traité constitutionnel européen) infligé aux classes dirigeantes et à tous ceux qui chantaient la mondialisation heureuse avait sonné comme un avertissement clair et net.

Grand moment démocratique, de débats partout dans le pays, la campagne pour le NON s’était déployée du village au bourg, de la banlieue au centre-ville. Texte en main et rage de comprendre le pavé rédigé en langage tarabiscoté, le peuple français s’était passionné pour décrypter le « projet » d’une constitution européenne soumise à référendum. Et finalement il avait tranché par un vote non à presque 55% !

Or, si un seul pays de l’Union européenne refusait le TCE, le TCE disparaissait du paysage. Le NON de France fut donc soutenu par des peuples d’autres pays de l’UE qui s’y opposaient aussi mais étaient, eux, privés de référendum. Volonté du peuple souverain de France et solidarité internationale se sont ainsi conjuguées, tout naturellement.

accord ue mexique

Joël Perichaud, secrétaire national du Parti de la démondialisation chargé des relations internationales était invité par RT à propos du traité UE/Mexique :


Le 5 mai 2020

Rien n’arrête l'Union européenne. En pleine pandémie, au moment où les gouvernements promettent, la main sur le cœur,  que « rien ne sera comme avant » et qu’il y aura « un monde d’après », l’Union européenne, bras armé du néolibéralisme sur notre continent, continue le “business as usual“.

Le dernier « accord de principe » de libre-échange vient d’être conclu avec le Mexique. Il a été signé après l’entrée en vigueur (provisoire) du CETA, de ceux avec le Viêt Nam (20 juin 2019), le Japon (entré en vigueur le 1er février 2019), Singapour (19 octobre 2018), le MERCOSUR (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay - 28 juin 2019)... Et ce n’est pas fini. D’autres accords sont en cours de négociation avec le Chili, l’Australie et Nouvelle-Zélande.

Sous-catégories

Web Analytics