En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

Par le Parti de la démondialisation
 
Le 25 juin 2017
 
Ce sont des centaines de citoyens qui ont versé à la souscription lancée par le Parti de la démondialisation pour assurer sa présence aux élections législatives. Environ 70 000 euros ont pu être réunis, ce qui représente un succès indéniable pour un nouveau parti qui ne reçoit aucune aide publique. Cette somme a permis de financer la campagne de 20 candidats dans 10 départements : Calvados (6), Pas-de-Calais (5), Orne (2), Manche, Seine-Maritime, Eure, Côtes-d’Armor, Dordogne, Charente-Maritime, Aude. Un total de 1 766 voix a été obtenu, soit 0,20%.
 
À première vue, ce résultat peut paraître quantitativement faible. Néanmoins, pour l’apprécier correctement, il faut prendre en considération les éléments suivants :

Par le Parti de la démondialisation (Pardem)
 
Le 15 juin 2017
 
Le Parti de la démondialisation remercie chaleureusement toutes les électrices et tous les électeurs qui ont voté pour ses candidats au premier tour des législatives. Par leur geste ils ont soutenu le programme le plus clair et le plus détaillé de tous les partis présents à ces élections, le plus radical aussi dans ses propositions de rupture avec l’ordre néolibéral. Ces électeurs ont approuvé la stratégie de démondialisation proposée par le Pardem, dont le résultat de la présidentielle et du premier tour des législatives confirme la nécessité. Dans quelques jours nous présenterons l’ensemble de nos résultats et nos perspectives.
 
Concernant le second tour des législatives, le 18 juin, le Pardem appelle à amplifier le formidable rejet du système qui s’est manifesté au premier tour par une abstention historique (24,4 millions de voix et 51,3% des inscrits) et à battre un nouveau record.

Par le Parti de la démondialisation

Le 9 juin 2017

À quelques heures du premier tour des élections législatives, le 11 juin 2017, le Parti de la démondialisation s’adresse à nouveau aux citoyens. Il l’avait déjà fait avant les premier et second tour de l’élection présidentielle. Il s’agit, pour nous, de faire part de notre analyse sur les enjeux de ces élections et d’expliquer les raisons de voter pour nos candidats. À nos yeux, l’enjeu principal de ces élections est d’améliorer le rapport de force en faveur des mondialisés, contre le camp des mondialisateurs.

Par le Parti de la démondialisation

Le 5 juin 217

Marine Le Pen et les principaux dirigeants du Front national ont annoncé qu’ils retiraient de leur programme leur revendication emblématique de la sortie de l’euro et de l’Union européenne. D’ailleurs Marine Le Pen n’avait pas parlé de l’euro dans sa profession de foi pour l’élection présidentielle ni dans son programme en 144 propositions qui ne comprenait même pas le mot « euro » !

Une question se pose : pourquoi personne ne parle de ce séisme politique ?  Aucun commentaire, aucun débat, aucune émission de radio ou de télévision ne permet de comprendre les raisons et les conséquences de cette révolution stratégique du FN. Les journalistes, les universitaires, les responsables des partis politiques sont aux abonnés absents.


Le 30 mai 2017
 
Le principal enjeu des élections législatives sera le rapport de force entre les mondialisateurs et les mondialisés.
 
Les mondialisateurs, au-delà des idéologies, sont les classes sociales qui organisent et tirent profit de la mondialisation néolibérale. Ce sont les gros actionnaires français et étrangers qui détiennent le capital des grandes entreprises, qu’elles soient industrielles, de services, médiatiques ou financières. Ce sont ensuite les « agents » de cette classe des dominants, qui ne possèdent pas directement une fraction significative du capital, mais qui vivent des miettes (grosses !) que lui jette ce dernier. Ce sont les très hauts dirigeants des entreprises, la noblesse d’État qui a pris le pouvoir avec Macron et qui attend d’être recyclée dans le privé pour se gaver de stock-options. C’est aussi le gratin des journalistes à gages, quelques universitaires dont l’ordinaire est amélioré par quelques « ménages ». Ils ne pensent qu’à l’argent, toute vision humaine et sociale leur est étrangère.

Web Analytics