Clicky

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

Union européenne

hercule

Par Lydie Fernandez, membre du Bureau politique du Parti de la démondialisation
Le 9 février 2021

Nommer Hercule le projet de démantèlement d’EDF, est un choix étrange. Jupiter aurait été plus approprié, celui qui détient la foudre, les éclairs, symboles de la « fée électricité », entre ses mains. Mais au fait, suis-je bête ! Le nom est déjà pris ! Notre Jupiter national autoproclamé, pour notre malheur, s’en sert suffisamment contre ses ouailles et depuis longtemps. Il n’a eu de cesse de foudroyer toutes les entreprises stratégiques de notre pays, mais pas que (il n’est pas le seul, cela fait 40 ans que ça dure). Tant et si bien que nous entrons dans un processus de tiers mondialisation à la grecque : plus rien ne nous appartient et nous sommes dépendants en toutes choses, comme le démontre dramatiquement l’épidémie de covid 19 ; tout est aux mains des dieux de la finance à savoir, essentiellement, les fonds de pension. Profitant lâchement, épaulé par les médias à ses ordres, de l’épidémie qui sidère les populations, le Jupiter président n’a pas levé le petit doigt pour éviter les rachats d’entreprises françaises qui se sont abattus depuis comme dans une tempête orageuse, sauf tout dernièrement pour les besoins de communication et de propagande (Affaire Couche Tard - Carrefour).

confinement en Grèce

Par le Parti de la démondialisation

Le 2 février 2021

En Grèce, en France et dans de nombreux pays, l'épidémie de la covid-19 est un révélateur des effets néfastes des politiques néolibérales. C'est aussi indéniablement une opportunité pour accélérer leur mise en œuvre, les étendre et les mettre au même niveau d'intensité dans les pays de l'UE.
L'épidémie de covid-19 se révèle être un formidable instrument contre les libertés, la démocratie et les souverainetés nationales.
En témoigne ce texte de l'EPAM (Front populaire unitaire), parti politique grec, membre fondateur avec le Pardem de la Coordination européenne pour la sortie de l'UE, de l'euro, de l'OTAN et du néolibéralisme.

drapeaux grecs

Par le Parti de la démondialisation

Le 4 décembre 2020

Nous publions l’appel à la formation d’une alliance politique de quatre organisations grecques. Cette coalition d'organisations souverainistes grecques dénonce l’occupation économique et le démantèlement du pays par les politiques de l’Union européenne.

En Grèce, comme en France, les décennies de politiques d'austérité de l’Union européenne portent leurs fruits toxiques, remettent en cause la souveraineté nationale et l’existence même du pays

coughlan 1

Par Anthony Goughlan porte-parole de ‘’The National Platform EU Research and Information Centre ‘’ d’Irlande.

Le 20 octobre 2020

Après avoir perdu la bataille électorale, les forces anti-Brexit s’efforcent de vider le vote des Britanniques de sa substance, le recouvrement de la souveraineté.
La propagande hystérique de l’UE porte désormais sur la soi-disant impossibilité de discuter sérieusement avec le gouvernement de Boris Johnson, le spectre d’une absence d’accord commercial (No deal), le risque d’un rétablissement d’une frontière entre l’Irlande du nord et celle du sud conduisant à une nouvelle «guerre civile ».
Face à la volonté de l’UE et des gouvernements néolibéraux qui la composent de délibéré-ment créer peur et angoisse, nous publions la déclaration d’Anthony Coughlan, porte-parole de ‘’The National Platform EU Research and Information Centre ‘’ d’Irlande.

plan de relance

Par le Parti de la démondialisation

Le 29 juillet 2020

La messe est dite : l’accord est historique ! « Nous sommes parvenus à un accord sur le plan de relance et le budget européen. Ces négociations, qui se sont déroulées en des temps très difficiles pour tous les Européens et toutes les Européennes, ont, bien sûr, été difficiles. Un marathon qui a été couronné de succès pour l'ensemble des 27 États membres, mais surtout pour les citoyens et les citoyennes. C'est un bon accord. C'est un accord solide. Et, surtout, c'est l'accord qui convient le mieux à l'Europe, en ce moment. » Ainsi parlait Charles Michel, président du Conseil européen à l’issue du Sommet extraordinaire de juillet 2020. (1)

Sous-catégories

Web Analytics