Clicky

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

 

 

 

  Retour à la direction du Parti

Michèle DESSENNE

 

Michèle Dessenne est née en banlieue parisienne. Elle a vécu à Fontenay-sous-Bois dans le Val de Marne puis à Montreuil en Seine-Saint-Denis. Elle est issue d’une famille d'ouvriers et d'employés, communistes et syndicalistes. Son père, avant de bénéficier de l’ascenseur social des Trente Glorieuses, est ajusteur, et sa mère employée à la Sécurité sociale puis mère au foyer.

Elle a 15 ans en mai 1968, et y puise l'énergie du collectif et la force de la révolte. Elle s'engage avec enthousiasme dans le mouvement lycéen. Titulaire du bac, étudiante à l'Université Paris VIII Vincennes et salariée intérimaire dans une période durant laquelle trouver du travail était simple et rapide, elle occupe successivement des emplois de vendeuse, caissière, employée de bureau, secrétaire, ouvrière, animatrice dans une maison des jeunes et de la culture, monitrice de colonie de vacances et en centres de loisirs, enquêtrice à l'INED.

 Retour à la direction du Parti 

Patrick SERRES

 

Patrick Serres est originaire de La Réole en sud Gironde. Il est l'aîné d'une famille très modeste de deux enfants. Son père est artisan coiffeur à Barsac, petite ville située dans la zone d'appellation du Sauternais, le vin blanc liquoreux unique au monde. Coiffeur pour hommes, car à l'époque dans les petites localités la coiffure reste unisexe. Sa mère est ouvrière dans une usine de fabrication de chaussures. La famille est très modeste mais l'Éducation nationale permet heureusement l'accès de tous à l'école.

Ses grands-parents maternels sont fermiers en sud Gironde, milieu rural de petites exploitations agricoles, et comme beaucoup dans ce secteur, ils font de la polyculture et vivent pratiquement en autarcie. Le travail est harassant, ne paye guère et il est nécessaire de produire l'essentiel des besoins de la consommation familiale. Seul le samedi, jour de marché à La Réole, permet d'aller acheter quelques produits secs et de la viande de bœuf parfois.

 Retour à la direction du Parti 

Rémy CHIERAGATTI

 

Rémy Chieragatti est né à Menton (Alpes-Maritimes) dans une famille d’immigrés italiens par ses grands-parents. En arrivant en France, ceux-ci n’ont qu’un objectif : s’intégrer. Son père est agent technique EDF, sa mère « sans profession » pratique quelques activités professionnelles occasionnelles pour joindre les deux bouts. La famille est de tendance gaulliste.

Rémy poursuit ses études secondaires au lycée Pierre et Marie Curie à Menton. Puis il est admis en école préparatoire au concours des Arts et Métiers au lycée « les Eucalyptus » à Nice et intègre l’École nationale des arts et métiers (ENSAM) au centre d’Aix-en-Provence pendant deux ans et à Paris la dernière année (parcours classique). Diplômé ingénieur de l’École nationale des arts et métiers, il devient ingénieur de recherche au Centre des matériaux de l’École nationale supérieure des mines de Paris (ENSMP). Il obtient un doctorat en sciences et génie des matériaux de l’ENSMP. Il occupe ensuite divers emplois : Le Condensateur céramique (LCC) à Dijon, maître de conférences à l’Université de Lille I, cadre scientifique à l’École nationale supérieure d’ingénieurs de constructions aéronautiques (ENSICA) à Toulouse. Il est aujourd’hui professeur associé à l’Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace (ISAE) à Toulouse et réside dans sa grande banlieue, à Caraman.

 Retour à la direction du Parti 

Virginia LOMBARD

 

Virginia Lombard est née en 1970 à Paris, dans le quartier populaire du 19e arrondissement. Issue d'une famille modeste, ses parents sont d'abord et avant tout des ouvriers. Sa mère est à l'usine dès l'âge de 14 ans. Son père a exercé une multitude de métiers entre la France et l'Angleterre : poseur de rail, tailleur de pierre, fort aux Halles, videur de boîte de nuit, plagiste, etc., pour finir ouvrier métallurgiste spécialisé soudeur dans une usine de fabrication de fours de boulangerie dans les Alpes-Maritimes. Après deux années passées à Paris, la famille s'installe à Beauvais (Oise), d’où est originaire la famille de sa mère.

La famille n'est pas riche : les seules évasions que les finances du ménage permettent sont celles que peuvent procurer les livres et la lecture. Ses parents favorisent son goût pour les études. Pour eux, tout vaut mieux que l'usine. Malgré leurs origines modestes, ils considèrent que l’éducation est la porte pour une vie meilleure, un moyen d’échapper à la rude condition ouvrière.

 

Qui sont les dirigeants du Parti de la démondialisation ? 

 

Dirigeants élus lors du congrès fondateur du Pardem les 20 et 21 février 2016.

Les membres du Conseil national élus lors du Congrès fondateur du Parti de la démondialisation (le Pardem), le 20 février 2016 à Paris, sont les cadres dirigeants du Parti. Tous ont une origine populaire, leurs parents et grands-parents sont très majoritairement des ouvriers, employés, petits paysans. Beaucoup de leurs parents échappent à leur condition par l’immigration, la formation, la promotion, le concours, témoignant d’une grande vitalité personnelle. Nombreux sont les pères et grands-pères à participer à la Résistance en 1939-1945, avec des engagements communiste ou gaulliste.

Web Analytics