En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

Imprimer
Catégorie parente: Actualité
Catégorie : En bref

Antoni Macierewicz, ministre polonais de la Défense prévoit de signer, avant fin 2017, un contrat de 7,6 milliards de dollars pour l'achat de huit systèmes de défense Patriot. C’est le groupe américain Raytheon qui encaissera.

"Ces systèmes nous permettront de garantir la sécurité de l'Etat polonais (...) face à la  menace croissante en provenance de l'Est", a-t-il déclaré à la presse. C’est évidemment une allusion directe à la Russie. 

La Pologne, membre de l’UE et de l’OTAN, est un chien fidèle de l’organisation guerrière. En septembre 2016, Varsovie avait confirmé son choix d'acquérir le système anti-missile américain au détriment de la solution européenne analogue, a priori plus performante. Déjà à l’époque, le site spécialisé en actualité aéronautique et spatiale Air et Cosmos, y voyait un acte « clairement dirigé contre les agissements russes, le choix polonais est éminemment politique».

Selon plusieurs experts, le système «Patriot» de cette génération ne correspond pas aux critères de combat actuels. Une question s'impose alors : à quoi bon l'acquérir? Donald Trump a dit que chaque pays membre de l'OTAN devait rembourser sa participation à l'alliance et partager les dépenses. Le système «Patriot» ne correspondant pas aux critères de combat et une compagnie privée n'ayant pas les moyens pour le moderniser, on invite la Pologne à en sponsoriser la modernisation. La modernisation du système d'ici 2018 aux frais de la Pologne donnerait lieu à une nouvelle étape d'achat d'une nouvelle modification, et cela peut durer à l'infini... Que peut faire la Pologne pour que les États-Unis l'apprécient?...Conclure des contrats avantageux pour les Américains remboursés par le peuple polonais.

Les relations politiques au sein de l'OTAN construites autour de la défense et de la sécurité sont depuis longtemps des liens d'affaires. C’est pour les relancer que Donald Trump et Le Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg s’évertuent, chacun avec sa méthode, d’obtenir de tous les pays membres une contribution égale à 2% de leur PIB.

Parallèlement et malgré les protestations des peuples, depuis début janvier 2017, 4.000 soldats ont été « distribués » entre la Pologne, la Bulgarie, la Roumanie et les pays Baltes. Ce déploiement à grande échelle, nouvelle étape de la présence américaine continue en Europe est le plus important depuis l’époque de la guerre froide.

L’Europe c’est la paix ?

0 Filet 2

Ajouter un commentaire
  • Aucun commentaire sur cet article.
Propulsé par Komento
Web Analytics