Clicky

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

Alors que la presse, les politiques et certaines ONG s’indignent, avec raison, à chaque victime civile de bombardements de l’armée russe en Syrie, le silence règne et l’indignation est « suspendue » quand aux victimes civiles de l’OTAN.

C’est vrai. Une guerre, surtout asymétrique, fait des victimes civiles. Certaines organisations recherchent même cela. C’est le cas des organisations terroristes islamistes. Mais certains morts valent-ils plus que d’autres ? C’est ce que dit le langage officiel : les victimes de l’armée russe sont des civils, les victimes de l’OTAN sont des victimes « colatérales » (voire des dégats colatéraux). Une façon de déshumaniser les morts ou les blessés faits par le camp des « libérateurs ».

 

Souvenez-vous. Afghanistan octobre 2015. L’hôpital de Kunduz, grande ville commerçante frontalière du Tadjikistan, géré par Médecins sans frontières, avait été bombardé. Bilan : 42 morts parmi le personnel et les patients. Cette énième « bavure » de l’armée américaine avait provoqué colère et manifestations des habitants…pas la réaction de nos hommes et femmes politiques.

3 novembre 2016. Un bombardement de l’OTAN tue 33 civils afghans et fait 27 blessés dans le village de Boz Qandahari, dans la périphérie de Kunduz. Les forces américaines publient leur rapport d’enquête et «déplorent la mort d’innocents ». C’est le moins que l’on puisse faire…

Dans son communiqué, Resolute Support (la mission de l’OTAN en Afghanistan) déclare « L’enquête a montré que les forces américaines avaient agi en état de légitime défense, en accord avec le droit de la guerre et dans le respect des règles » et « qu’aucun civil n’avait été vu ou identifié pendant la bataille ». Il faut dire que cette mission, très majoritairement composée de 8 500 hommes de l’armée américaine, est… sous commandement américain. Mais la faute repose sans doute sur ces imbéciles d’Afghans…

L’opération, qui « visait à capturer des dirigeants talibans… a été menée par les forces spéciales afghanes avec un nombre limité de conseillers et effectifs de soutien américains ». Au cours des combats, deux militaires américains et trois militaires afghans avaient été tués. Faible participation américaine mais nombre presque égal de tués…pas efficaces ou très engagés les Américains ?

Pour tenter de disculper les militaires, le rapport affirme:« Les civils qui ont été tués ou blessés se trouvaient sans doute à l’intérieur des bâtiments depuis lesquels les talibans ouvraient le feu », reprenant une déclaration d’Ashraf Ghani, le président afghan, dans laquelle il critiquait les talibans qui avaient « choisi d’utiliser des femmes et des enfants comme boucliers humains ».

Si on comprend parfaitement les difficultés d’intervention d’une force armée en milieu civil et urbain, il est surréaliste de laisser penser que cette situation serait nouvelle ou imprévue et qu’elle serait une excuse valable pour les forces de l’OTAN et pas pour les forces russes.

Bref, un rapport qui nous prend pour des naïfs ou des imbéciles.

On attend encore, après la publication de ce rapport. les réactions scandalisées de nos politiques, de la presse, des chiens de garde de l’Otan, institution supranationale et criminelle.

0 Filet 2

Ajouter un commentaire

Liste des participants qui ont commenté cet article

  • non, effectivement, ce n'est pas nouveau comme situation. Pendant la seconde guerre mondiale, les aviations US et britanniques ont fait exactement la même chose que ce que l'on reproche de nos jours aux Russes de faire en Syrie, à savoir bombarder des civils... Pour prendre un exemple par chez nous (mais il y en a d'autres ailleurs), l'aviation US bombardait depuis 5,000 mètres d'altitude pour éviter la DCA allemande (la meilleure du monde à cette époque). Evidemment, la précision n'était pas de mise. Résultat : les bombes prévues pour tomber sur la gare de triage de St. Roch à Nice et sur la gare d'Arenc à Marseille, ont fini par démolir les quartiers de Riquier et de la Belle-de-Mai, respectivement. Des quartiers popu.
    (message 1)

    à 06000 Nice, France
  • A l'époque, et même encore maintenant, qui pense que c'était un crime de guerre ? Sans parler des tonnes de bombes déversées tous les jours par l'aviation US & toutes les nuits par la RAF sur les villes allemandes durant ce même conflit, pour pouvoir vaincre le nazisme. Lequel a été vaincu finalement par l'engagement au sol des troupes soviétiques.

    Assad ne dit pas autrement quand il affirme que c'est nécessaire de procéder comme le font les Russes pour pouvoir chasser & neutraliser les troupes djihadistes mercenaires qui essaient de détruire son pays. En matière de guerre, on ne fait jamais d'omelettes sans casser d'oeufs.

    Je crois que celui qui a le mieux résumé cette vérité, c'est le Général Sherman, général de l'Union, inventeur de la guerre psychologique contre les civils par la destruction totale de leur territoire (mes ancêtres de Géorgie en savaient quelque chose...) : "La guerre, c'est l'enfer." Il semblerait que l'armée US et l'OTAN aient bien retenu les leçons de Sherman.

    à 06000 Nice, France
Web Analytics