Clicky

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

La politique extérieure de la France a été désastreuse sous N. Sarkozy et elle ne s’améliore pas avec F. Hollande : retour de la France dans le commandement intégré de l’Otan, destruction de l'Etat libyen, erreur continue d’appréciation sur le rôle du régime syrien, fixation mortifère sur le départ de Bachar El Assad, etc.

Dans les faits, la France n’a plus d’indépendance ni d’autonomie pour conduire sa politique extérieure ou sa diplomatie. L’alignement sur les positions américaines (USA – Otan) et sur la volonté d’A. Merkel et de la commisiion (non-élue) de l’UE (Ukraine, sanctions à l’encontre de la Russie) est systématique. La France a choisi le camp des Etats-Unis et a laissé la Russie se tourner vers l’Asie plutôt que de voir en elle un partenaire et un lien avec l’Asie.

 

Le 25 juillet, Vladimir Poutine a demandé au groupe Stolypine de lui remettre un programme de développement économique pour le dernier trimestre 2016. Souhaiterait-il se rapprocher du modèle économique de la Chine (économie de marché contrôlée par l’État) et se débarrasser des thèses ultra-libérales de son ex-ministre des Finances Alexeï Koudrine (capitalisme déréglementé) ?

En juillet, lors du 95e anniversaire de la révolution chinoise, le président Xi Jinping a prononcé un discours très éloigné de la réserve habituelle des autorités chinoises. Montrant la synergie économique entre les ressources naturelles russes et le potentiel industriel chinois, il a notamment déclaré : « Le monde est sur le point d’un changement radical. Nous voyons que l’Union européenne, progressivement, se désagrège, comment l’économie américaine se bloque, et que tout cela se terminera par une nouvelle réorganisation du monde. Dans les 10 ans, nous pouvons nous attendre à un nouvel ordre mondial dans lequel le facteur clé sera l’alliance entre la Chine et la Russie… Nous observons actuellement des actions agressives des USA, à la fois en ce qui concerne la Russie et la Chine. Je crois que la Russie et la Chine peuvent créer une alliance devant laquelle l’OTAN serait faible, et cela mettrait un terme aux ambitions impérialistes de l’Occident ».

En dénonçant les agressions des USA envers la Chine et la Russie, Xi Jinping adopte une posture de défense. Il veut faire cesser les actions hégémoniques américaines et cantonner le champ d’action de l’OTAN à l’Europe occidentale. L’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) fonctionne sur des principes différents de ceux de l'OTAN. Pas de principe d’automaticité d’engagement des forces armées pour l’OCS. À l’inverse, les USA décident et les membres de l’organisation ne sont que des supplétifs zélés pour l’OTAN.

La Chine s’implique aux côtés de la Russie pour aider à restaurer la souveraineté de la Syrie. La visite de l’amiral Guan à Damas, vise deux objectifs :
- traiter les djihadistes ouïghours comme le font les autorités russes avec les djihadistes caucasiens
- éliminer le maximum de terroristes en Syrie avant qu’ils ne reviennent dans leur pays d’origine.

L’Iran, membre observateur de l’OCS, y participa en mettant à la disposition de la Russie une base aérienne pour ses bombardiers et son espace aérien pour ses missiles de croisière.

La voix de la France ne compte plus au Moyen-Orient, notre diplomatie étant aux ordres de Washington. La France se soumettra aux USA peut-être via le TAFTA (ou via le traité qui le remplacera), sûrement avec un OTAN renforcé. Pour recouvrer sa souveraineté en termes de politique extérieure et de diplomatie, pour mener une politique de paix et de coopération entre les peuples, il n’existe d’autre choix que de sortir le l’UE et de l’Otan. C’est l’un des axes du programme de libération nationale et de justice sociale du Parti de la démondialisation (Pardem). Il sera porté par Jacques Nikonoff, le candidat du Rassemblement pour la démondialisation (RD) à l’élection présidentielle de 2017. Ce programme sera également défendu par les candidats du Rassemblement pour la démondialisation (RD) aux prochaines élections législatives.  

Ajouter un commentaire
  • Aucun commentaire sur cet article.
Web Analytics