Clicky

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

 Retour à la direction du Parti 

Jean-Luc FLAHAUT

 

Jean-Luc Flahaut est né en 1953 à Béthune (Pas-de-Calais). Issu d’une famille ouvrière : son père était conducteur de trains à la SNCF, sa mère, agent de bureau, a dû arrêter très tôt son activité salariée. Syndiqué de tout temps à la CGT, son père votait systématiquement communiste jusque dans les années 2000, mais a toujours refusé d’être « encarté ». Sa mère quant à elle était catholique et de sensibilité gaulliste. Un micro CNR en quelque sorte…

Après le baccalauréat, Jean-Luc entre à l’université et obtient une maîtrise de sociologie. Il fréquente à cette époque les cercles maoïstes.

Après le service militaire, il occupe pendant 4 ans un emploi de préparateur de véhicules dans une carrosserie industrielle (350 salariés).

Il passe un concours et travaille 6 ans à l’ANPE en qualité de conseiller professionnel. Il est également délégué régional Nord-Pas-de-Calais de la CGT-ANPE, disposant de 8 heures de délégation syndicale mensuelle. Il quitte l’ANPE, qui amorce sa mutation libérale au détriment de ses missions de service public, pour occuper pendant plusieurs années des postes de coordonnateur pédagogique dans diverses associations (GRETA, Association pour l’insertion des jeunes, foyer jeunes travailleurs).

Il intègre ensuite la Fonction publique territoriale comme chargé de mission au Conseil général du Pas-de-Calais et puis comme directeur de cabinet d’un maire communiste (Harnes). Suite à des désaccords politiques majeurs avec les élus locaux, il démissionne pour occuper un poste d’attaché parlementaire auprès d’un sénateur communiste (Jean-Claude Danglot). Sous la pression d'élus locaux et de la direction nationale, l'appareil du PCF 62 revient sur sa décision initiale consistant à reconduire le sénateur sortant  et désigne un nouveau sénateur. Son contrat devient donc caduc et il se retrouve au chômage.

Au plan politique, il adhère au PCF en juin 1981 - 1 mois après l’élection de Mitterrand – et milite plusieurs années dans la cellule de son quartier - plus de cent adhérents - une cellule très active sur des bases de lutte des classes et très liée aux habitants (cité HLM). Il devient membre de la section PCF d’Avion et conseiller municipal. Il quitte une première fois le PCF en 1996, un peu plus d’un an après l’arrivée de Robert Hue à la direction du « Parti ».

En 2000, il adhère à Attac et milite au comité de Lens. Le comité local d’Attac Artois organisera quelques manifestations publiques avant de se déchirer par ses divisions internes et surtout de refuser d’exprimer toute perspective politique…

La fédération du PCF 62 confirmant majoritairement son orientation de classe contre les opportunistes de tout poil, qui dans le 62 sont composés principalement d’élus ancrés sur la gestion municipale et favorables aux alliances avec le PS, il décide de rejoindre « le Parti » sur les bases identitaires de la fédération communiste du Pas-de-Calais de l’époque. Nous sommes en 2004.

En 2011, lors d’une réunion extraordinaire du comité fédéral du PCF 62, s’exprimant sans détour, il démissionne de cette instance et quitte le PCF sur la base de désaccords politiques de fond sur la stratégie du PCF 62 visant essentiellement à « sauver les meubles » à savoir les postes d’élus…  

Il interroge aussi les camarades sur la pertinence d’un projet communiste  pour le XXIe siècle.

Il dénonce également les méthodes autocratiques et manipulatrices de la nouvelle direction fédérale. Lors de la campagne des législatives de 2012, dans la circonscription d’Hénin-Beaumont dans laquelle Michèle Dessenne est candidate au nom du M'PEP, se révèlent sur le terrain les effets désastreux du candidat Mélenchon auquel s’est rallié par opportunisme médiatique la fédération PCF 62.

Malgré tout cela il garde un grand respect pour les militants de base du PCF qui agissent certes principalement par « patriotisme de parti » alors que l’appareil communiste à tous les niveaux « va à vau l’eau ».

Il adhère au M'PEP en 2011, au Pardem en février 2016, il est élu membre du CN. Il est également coordonnateur régional pour le Nord-Pas de Calais Picardie.

Ajouter un commentaire
  • Aucun commentaire sur cet article.
Web Analytics