En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

  Retour à la direction du Parti

Michel FERNANDEZ    

 

Michel Fernandez est né à Marseille. Il est issu d’une famille modeste, originaire du Haut-Var par sa mère et audois par son père. Ses parents, alors adhérents CGT, participent aux mouvements sociaux de mai 68 et 1974, évènements majeurs dans l’histoire des PTT où ils travaillent tous les deux.

Il passe l’essentiel de son enfance et adolescence à Hyères (Var). Comme de nombreux adolescents, dès ses 14 ans, il travaille tous les étés, d’abord dans la restauration puis à la Poste à sa majorité. Après un baccalauréat obtenu au lycée Jean Aicard, il poursuit ses études supérieures à la faculté de droit de Toulon la Garde où il obtient un DEUG mention droit.

Soucieux d’entrer dans la vie active rapidement, il intègre par concours la fonction publique, à la Poste. Grâce au dispositif de promotion interne, il exerce des fonctions multiples en tant que salarié, cadre et cadre supérieur (guichetier, formateur, encadrant, chef d’établissement, contrôleur bancaire, directeur adjoint).

 

Durant une période de sa carrière, dans une filiale du groupe, la Banque postale, il exerce la fonction de délégué du personnel, à l’époque au syndicat Force ouvrière (FO). Actuellement, il est adhérent CGT dont il se sent plus proche dans la conduite des luttes pour la défense de l’emploi, face aux effets pervers de la mondialisation.

Sa conscience politique se forge très tôt, au sein de sa famille, par ses conversations avec son grand-père vétéran du PCF, ancien résistant FTP et élu local dans le Haut-Var, et en suivant les longues discussions politiques entre son père et son grand-père à propos de la pertinence du programme commun de gouvernement entre le PCF et le PS, signé en 1972. Il suit attentivement l’évolution du monde politique et de la gauche en particulier, il prend très vite conscience, dès 1983, que les choses ne vont pas évoluer comme il l’avait espéré en 1981.

Invité par un membre de sa famille à participer à l’université d’automne du M’PEP de 2010, il adhère à l’issue de celle-ci. Pour la première fois de sa vie, il rejoint une organisation politique dont il partage les analyses et les propositions.

Soucieux d’être en prise directe avec la vie sociale, il double son engagement politique par la participation active à la création d’une association de quartier dont il devient président en 2014. Cette responsabilité l’amène à rencontrer régulièrement les administrés et les élus locaux et lui permet de suivre de près les contraintes diverses liées à la mise en œuvre des actions locales. Il est également membre d’une association d’éducation populaire, le Comité pour une nouvelle résistance CNR, qui ambitionne de faire connaître aux citoyens les conquis obtenus, au lendemain de la guerre 39-45 alors que la France était en ruine : mise en place des régimes sociaux, nationalisations des entreprises stratégiques, reconstructions et modernisation de notre pays. 

Par son engagement politique il souhaite faire connaître et se développer, dans sa région, le Pardem, notamment les thèmes de la reconquête de la souveraineté nationale et de la sortie des structures supranationales (UE, OTAN, FMI…) seules solutions pour réconcilier politique et démocratie.

Ajouter un commentaire
  • Aucun commentaire sur cet article.
Web Analytics