En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

En cliquant sur chaque titre, vous arriverez sur les textes du programme. Une fois parvenus sur ces textes, de nombreuses possibilités de débats vous sont offertes. N'hésitez pas à vous exprimer et à dialoguer avec les militants du Pardem

Pour le moment seules les 3 premières parties sont accessibles.

0 Filet 2

Les dix points-clé du programme de libération nationale et de justice sociale du Parti de la démondialisation (Pardem)

 

I.- Annuler toutes les « réformes » néolibérales prises ces quarante dernières années.

 

II.- Reconquérir la souveraineté de la France dans les domaines politique, militaire et diplomatique, en sortant de l’Union européenne, de l’OTAN, en démondialisant pour bâtir de nouvelles relations internationales fondées sur le co-développement.

 

III.- Reconquérir la souveraineté monétaire et financière en sortant de l’euro, en démantelant les marchés financiers en France, en organisant le dépérissement de la Bourse et en faisant défaut sur la dette publique pour pouvoir la restructurer.  

 

IV.- Reconquérir la souveraineté économique et industrielle par le retour à la nation des grands groupes industriels, de services et médiatiques, par des mesures protectionnistes dans le cadre rénové de la Charte de La Havane de 1948, pour une mutation écologique, sociale et démocratique des modes de production, de distribution et de consommation.

 

V.- Reconquérir la souveraineté fiscale condition nécessaire pour faire basculer le partage de la valeur ajoutée en faveur du travail et construire des politiques d’égalité.  

 

VI.- Instaurer le droit opposable à l’emploi effectif permettant l’emploi pour tous, l’État étant l’employeur en dernier ressort.

 

VII.- Restaurer, refonder et élargir la Sécurité sociale et tous les services publics pour garantir la justice sociale.

 

VIII.- Bien vivre dans une société qui préserve la biodiversité et les ressources fossiles, tout en assurant son autonomie alimentaire par le développement de l’agriculture paysanne, et son autonomie énergétique par une sortie progressive du nucléaire.

 

IX.- Refonder l’instruction publique, développer la recherche, promouvoir la langue et la culture françaises.

 

X.- Reconstruire l’État républicain pour garantir l’intérêt général et les libertés publiques, la démocratie, la laïcité, et l’indépendance de la justice.

0 Filet 2

 

Ajouter un commentaire

Liste des participants qui ont commenté cet article

Charger les commentaires précédents
  • Invité - Vannier

    Pour Le.Ché, merci de vos commentaires. Vous soulignez les grandes lignes d'un programme crédible,
    Le chômage n'est pas une situation normale, c'est le plein-emploi qui est une situation normale. La question monétaire est centrale puisque cela reflète les rapports de forces actuelles : bourse et multinationale, privatisation de la gestion des banques centrales. Pour connaître une souveraineté monétaire, il faut une souveraineté Nationale et populaire où les citoyens sont respectés. Et le dépérissement des Bourses et des marchés financiers est l'une dés conditions. Si vous voulez continuer à discuter et à proposer des solutions, contactez la Fédération proche de chez vous.

  • Invité - JCH

    Personne n'a encore répondu à mes questions !

  • Désolée pour le retard !
    La question de l'agriculture est liée à la souveraineté alimentaire. En ce sens, il n'est pas concevable que l'alimentation soit aux mains des multinationales de l'agri-business, telles que Monsanto, lesquelles sont prêtes à affamer les peuples pour faire encore plus de profits. Ces multinationales sont les premières à profiter de la mondialisation néolibérale que le PARDEM dénonce.
    Il ne s'agit pas non plus de continuer dans le productivisme des années passées dont on sait que les pratiques se sont avérées destructrices pour l'environnement... et extrêmement profitables pour les multinationales !
    L'agriculture et l'alimentation sont posent aussi des questions de santé publique et d'environnement.
    Les questions que vous soulevez méritent des réponses approfondies et il serait judicieux que vous contactiez le PARDEM dans votre département afin de rencontrer des militants de notre parti pour discuter de ces positions.

    à Alpes-Maritimes, France
  • Invité - Triolet

    Bonjour, j'ai commencer à lire votre programme, sur le fond l'on ne peut que vous en fécilité, mais je n'ai pas vu d'information concernant votre fonctionnement et financement. De plus pour la présidentielle 2017 notamment, compte tenu du peu que j'ai déjà lu, lors d'un deuxième tour, avec comme candidats soit PS ou LR et le Front National, pour qui apporterez votre soutien. Cette information est primordiale pour pouvoir bien vous situer. Je vous remercie et j'aurai par la suite au fil des événements certainement d'autres interrogations concernant votre programme. Cordialement a vous.

    Dernière édition du commentaire il y a environ 10 mois par Jacques Nikonoff
    à 52100 Bettancourt-la-Ferrée, France
  • Sur votre 2nde question : c'est mon avis personnel :
    1) les voix appartiennent aux électeurs, pas à un parti.
    2) Que ce soit LR, FN ou PS, ces gens roulent pour les classes dominantes. Pourquoi donc aller voter pour des gens qui vont nous écraser par la suite ? Par peur ? La peur fait faire des choses terribles. Par "républicanisme" ? Le front républicain est mort, et avec notre démocratie, surtout depuis 2008 quand notre NON au TCE de 2005 a été piétiné pour nous imposer le Traité de Lisbonne. Le "vote utile" alors ? C'est une pure escroquerie politique, dont les arguments en faveur ne résistent pas à l'examen plus de 2 minutes.
    Vu son positionnement, le PARDEM ne va surtout pas aller soutenir l'un de ces 3 gugusses qui sont tous aux ordres des commanditaires et bénéficiaires de la mondialisation néolibérale que nous combattons par ailleurs !

    Dernière édition du commentaire il y a environ 10 mois par Jacques Nikonoff
    à Alpes-Maritimes, France
  • Invité - Triolet

    Bonjour et bon dimanche, suite à votre réponse "1) les voix appartiennent aux électeurs, pas à un parti. " vous savez comme moi je pense, que sans mot d'ordre officiel, il est toujours facile de "diriger" des électeurs. Quand à ma question :" mais je n'ai pas vu d'information concernant votre fonctionnement et financement." Vous ne m'avez pas répondu. Cordialement a vous.

    à 52100 Saint-Dizier, France
  • Je ne donnais que mon avis personnel. Cependant...
    Facile de "diriger" des électeurs ?
    1) ce n'est pas le genre du PARDEM d'agir ainsi - c'est surtout le fait, ou du moins l'intention, de partis qui n'ont pour programme que le "vote utile" et le "front républicain". Nous leur laissons ce genre de pratiques.
    2) Nous faisons appel à l'intelligence de nos concitoyens, donc chercher à les "diriger", non, pas le genre de la maison non plus, nous sommes plus sur la diffusion et l'explication de nos idées et analyses, notamment en faveur de la démondialisation, contre la mondialisation néolibérale.
    Financement : cotisations et dons de ses adhérents. Pas de caisse noire, là non plus, pas le genre de la maison ! :)
    Fonctionnement : nous sommes un parti de citoyens qui ne sommes pas des politiciens professionnels. Vos questions sur ces sujets sont légitimes et je vous invite à contacter la fédération de votre département pour en savoir plus à ce sujet, ce sera plus simple.

    à Alpes-Maritimes, France
  • Supplément :
    "Facile de diriger des électeurs" ? Si c'était vrai, il n'y aurait pas autant d'abstention.
    C'est chacun selon sa conscience. Il faut cesser de considérer les électeurs comme des enfants qu'il faudrait "diriger". Notre pays crève de cette idée que l'on se fait de nos concitoyens (entre autres choses). Nous sommes responsables et autonomes, nous nous prenons en main nous-mêmes. Nous nous retroussons les manches, nous reprenons en main notre avenir. C'est ce projet que le PARDEM cherche à susciter chez nos concitoyens, pour notre émancipation finale face aux forces qui veulent nous enlever le moyen de décider par nous-mêmes, à savoir la souveraineté et la démocratie, cad le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple. Si ce projet vous intéresse, venez nous rejoindre !

    Dernière édition du commentaire il y a environ 10 mois par Jacques Nikonoff
    à Alpes-Maritimes, France
  • Invité - Franck Néo Legon

    Oui, élevons le niveau du débat: l'intégralité de l'impôt sur le revenu annuel (85 milliards d'€) sert uniquement à rembourser les intérêts annuels de la "dette" de l'Etat français auprès des banques privées qui émettent la monnaie ex-nihilo (sur réserves fractionnaires) à sa place. Le bénéfice inhérent à la création monétaire depuis 1973 ne sert plus à financer des services, en se déduisant des impôts et taxes à prélever sur les français, mais uniquement à enrichir les actionnaires internationaux des banques privées, s'ajoutant en plus du principal des intérêts à prélever sur les français par l'impôt. La "crise" qui oblige à réduire sans cesse les services et moyens de l'Etat comme à taxer et imposer de plus en plus les citoyens tout en cassant leurs droits a un nom et une cause bien définis: monnaie privatisée. Qui votera encore pour des candidats qui n'évoquent même pas la question ?

    Dernière édition du commentaire il y a environ 5 mois par Jacques Nikonoff
  • à Franck Néo Legon, la question des circuits financiers n'est pas abordée dans cette campagne électorale. Le Pardem, partie 3 du programme, répond intégralement à ce problème pour financer les services publics (santé, éducation, logements, infrastructure) et de la dynamique financière du secteur privé (livret Entreprise) pour réindustrialiser. Pour cela les deux grandes conditions sont : la Banque de France sous l'égide du Parlement et la nationalisation complète des banques et des assurances. Une parité de la monnaie sur les échanges du commerce extérieur par le contrôle des flux de capitaux. Les candidats du système "médiatique" ne parleront pas des problèmes de la zone euro (Italie, Grèce, Irlande) et de la dette pour sauver le système néolibéral sur le dos des nations et des peuples. Pourtant, l'effondrement du système de santé et sanitaire en Grèce est lié par les plans d'austérité depuis 2010. Les candidats "médiatiques" ne montrent pas la face vraie de l'Union Européenne.

    Dernière édition du commentaire il y a environ 5 mois par Jacques Nikonoff
    à Calvados, France

Boutique du Pardem

Bandeau Boutique

Web Analytics