En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A


Le 30 mai 2017
 
Le principal enjeu des élections législatives sera le rapport de force entre les mondialisateurs et les mondialisés.
 
Les mondialisateurs, au-delà des idéologies, sont les classes sociales qui organisent et tirent profit de la mondialisation néolibérale. Ce sont les gros actionnaires français et étrangers qui détiennent le capital des grandes entreprises, qu’elles soient industrielles, de services, médiatiques ou financières. Ce sont ensuite les « agents » de cette classe des dominants, qui ne possèdent pas directement une fraction significative du capital, mais qui vivent des miettes (grosses !) que lui jette ce dernier. Ce sont les très hauts dirigeants des entreprises, la noblesse d’État qui a pris le pouvoir avec Macron et qui attend d’être recyclée dans le privé pour se gaver de stock-options. C’est aussi le gratin des journalistes à gages, quelques universitaires dont l’ordinaire est amélioré par quelques « ménages ». Ils ne pensent qu’à l’argent, toute vision humaine et sociale leur est étrangère.


 
Les mondialisés, ce sont les sans-grades, les ouvriers, les employés, les petits paysans et artisans, les auto-entrepreneurs, les fonctionnaires (à part la noblesse d’État), qu’ils soient enseignants, policiers, hospitaliers, municipaux…Se sont les chômeurs, les précaires, l’immense majorité de la jeunesse et des retraités. Ils tirent le diable par la queue, ils subissent les délocalisations et sont victimes de la mondialisation néolibérale et de son système local : l’Union européenne et l’euro. Tous sont loin d’avoir conscience des causes de leurs malheurs et de ce qu’il faut faire pour mettre un terme à cette situation. Mais leur intérêt est de combattre les mondialisateurs et de créer un rapport de force en leur faveur.
 
À l’élection présidentielle, les mondialisateurs ont marqué un point. Les élections législatives doivent être la revanche et permettre aux mondialisés de reprendre le dessus.
 
Le Pardem défend les intérêts des mondialisés puisqu’il veut démondialiser. La sortie de l’euro et de l’Union européenne n’est pas une fin en soi. C’est parce que l’euro et l’Union européenne empêchent le progrès social, démocratique et environnemental que nous voulons en sortir. Ce n’est pas, pour nous, une question idéologique mais une question pratique.
 
Appel à ceux qui se sont abstenus, ont voté blanc ou nul à la présidentielle
 
Vous avez accompli un geste politique d’importance. Contrairement aux insultes et aux caricatures dont vous avez été accablé, vous avez démontré que vous rejetiez le système actuel et les candidats à la présidentielle. L’offre politique ne vous convient pas, vous ne voyez personne pour qui voter. Aux législatives, vous aurez la possibilité de voter pour des candidats radicalement hors-système, ceux du Parti de la démondialisation
 
Appel à ceux qui ont voté pour Marine Le Pen croyant qu’elle voulait vraiment sortir de l’Union européenne et de l’euro
 
Les motivations du vote Le Pen sont nombreuses, certaines fondées sur le racisme et la xénophobie. Que ces électeurs-là restent chez Madame Le Pen, nous n’en voulons pas ! En revanche, tous ceux qui souffrent de la mondialisation néolibérale et qui avaient cru voir dans le Front national un défenseur de leurs intérêts sont aujourd’hui orphelins. La volteface de Madame Le Pen et du FN sur l’euro et l’Union européenne les a abasourdis. Après avoir prétendu que seul le FN voulait sortir de l’euro et de l’Union européenne, voilà qu’il renonce et retourne à la niche. Il s’est fait absorber par le système. C’est pourquoi nous avons déjà de nombreux témoignages d’adhérents et d’électeurs du FN qui annoncent qu’ils vont voter pour le candidat du Parti de la démondialisation, car nous sommes désormais le seul parti politique à lutter efficacement pour la sortie de l’euro et de l’Union européenne pour permettre la mise en œuvre d'un programme en faveur de la majorité du peuple.
 
Appel à ceux qui ont voté pour Jean-Luc Mélenchon croyant qu’il voulait vraiment sortir de l’Union européenne et de l’euro
 
L’électorat de Monsieur Mélenchon est extrêmement diversifié et ne présente que peu de cohérence idéologique. Vous faites peut-être partie des électeurs qui ont cru à la possibilité de sortir de l’euro et de l’Union européenne au travers des explications compliquées sur le Plan A et le Plan B. En réalité, Jean-Luc Mélenchon est volontairement resté ambigu sur ces questions décisives car son objectif était de capter une partie de l’électorat socialiste. Or ce dernier est le pire en matière d’européisme. Il fallait donc lui donner des gages, c’est ce qui a permis à Monsieur Mélenchon de siphonner une partie significative de l’électorat socialiste. Mais maintenant il est coincé, il ne peut plus mettre en avant la sortie de l’euro et de l’Union européenne sous peine de se dégonfler. Or sans sortie de l'UE et de l'euro, le programme de la France Insoumise ne peut pas être mis en œuvre ! Voilà pourquoi les électeurs ayant voté Mélenchon principalement parce qu’ils croyaient qu’il allait s’attaquer à la dictature de l’Union européenne sont aujourd’hui dépités. Nous recevons des signes de ces électeurs nous disant que cette fois-ci ils voteront pour un candidat du Pardem. Faites comme eux, accélérons le mouvement en faveur des candidats démondialisateurs !
 
À tous, nous disons que la véritable alternative est la démondialisation

 

0 Filet 2

Adhérez au Parti de la démondialisation !

Pour imprimer le bulletin d'adhésion, cliquez ci-dessous :
http://www.pardem.org/adherer

0 Filet 2

Ajouter un commentaire
  • Aucun commentaire sur cet article.
Web Analytics