En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

Selon le mensuel Ruptures, reproduit par le Pardem, 8 mai 2017.

https://ruptures-presse.fr/actu/liste-soutiens-emmanuel-macron-pouvoir-argent-election-presidentielle/

Cette liste que nous proposons ci-dessous n’est pas exhaustive mais elle est à notre connaissance la plus complète disponible à ce jour. Elle porte sur le premier tour de l’élection présidentielle du 23 avril 2017. Les personnalités sont classées par catégorie (« Patrons et banquiers », « Responsables politiques », etc.), puis par ordre alphabétique. Les possédants, que leur capital soit prioritairement économique, politique ou culturel, sont, sans surprise, en bonne place…

Parti de la démondialisation

Le 4 mai 2017

Avant le premier tour du 23 avril, le Parti de la démondialisation avait déjà proposé un texte de réflexions accessible ici :

http://www.pardem.org/presidentielle-2017/671-a-lire-samedi-22-avril-2017-avant-le-premier-tour-de-l-election-presidentielle

Nous recommençons avant le deuxième tour fixé au 7 mai, en livrant une nouvelle analyse approfondie de l’évolution du système politique de notre pays avant ce scrutin inédit en tous points. Un résumé se trouve ci-dessous.

Par le Parti de la démondialisation

 

Le 26 avril 2017

 

 

En démocratie, voter c’est choisir.

 

Les électeurs, au premier tour de l’élection présidentielle, ont choisi de liquider les partis duettistes de l’alternance, PS et LR. Mais le 7 mai, pour le deuxième tour, se laisseront-ils berner par les fausses alternatives qu’on leur propose ? Car malgré ce que l’on tente de nous faire croire, Marine Le Pen n’est pas l’inverse politique d’Emmanuel Macron, mais son complément indispensable et l’impasse symétrique. Il n’existe aucun véritable choix, les deux conduisent le peuple dans une impasse.

En démocratie, voter c’est choisir.

 

Les électeurs, au premier tour de l’élection présidentielle, ont choisi de liquider les partis duettistes de l’alternance, PS et LR. Mais le 7 mai, pour le deuxième tour, se laisseront-ils berner par les fausses alternatives qu’on leur propose ? Car malgré ce que l’on tente de nous faire croire, Marine Le Pen n’est pas l’inverse politique d’Emmanuel Macron, mais son complément indispensable et l’impasse symétrique. Il n’existe aucun véritable choix, les deux conduisent le peuple dans une impasse.

Par le Parti de la démondialisation

Le 21 avril 2017.

Le Parti de la démondialisation met à disposition de tous les citoyens intéressés une réflexion théorique sur l’élection présidentielle et les élections législatives de 2017 et leurs enjeux. Sa portée, outre le choix pour le premier tour de l’élection présidentielle le 23 avril, va bien au-delà. Il s’agit d’une analyse du blocage politique français et des voies et moyens pour en sortir.

Jusqu’à présent, gauche et droite de gouvernement ont tenté de maintenir une bipolarité vide de tout contenu et enjeu politique. D’accord avec la mondialisation néolibérale et son chef d’œuvre continental, l’Union européenne, le principal parti de la gauche et le principal parti de la droite ont tout fait pour éliminer la souveraineté de la France. Ils ont ainsi éliminé toute possibilité politique, électorale, de remise en cause du néolibéralisme, protégé par des traités internationaux inviolables, intransformables et inatteignables par les citoyens. Face à l’épuisement de ce modèle et au brouillage de plus en plus visible du clivage gauche-droite, la droite de la gauche et la gauche de la droite, avec une partie du grand patronat, ont lancé un nouveau produit : Emmanuel Macron. Ce dernier est la réponse française à la crise mondiale de la social-démocratie. Celle-ci est en train de s’effondrer en Amérique du Sud. Elle s’est déjà effondrée dans les pays scandinaves qui en étaient le modèle emblématique. Elle s’est également effondrée dans les pays de l’Europe du Sud.

Boutique du Pardem

Bandeau Boutique

Web Analytics