En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

Chaque semaine une nouvelle fiche sera publiée
pour présenter les différentes parties
du programme du Pardem

 

fiche 4

I.- Annuler toutes les « réformes » néolibérales
prises ces quarante dernières années

programme de démondialisation

29 août 2017

LES INTERNAUTES sont invités à INDIQUER EUX-MÊMES, VIA le FORUM ci-dessous, LES LOIS QU’ILS PROPOSENT D’ABROGER et pourquoi

(n° de la loi, date, objet)

En France, comme dans tous les pays de l’Union européenne, les plans d’austérité concernent les retraites, la restriction des budgets publics pour des activités d’intérêt général comme la justice, l’Éducation nationale, l’hôpital public, l’assurance-chômage, les minimas sociaux, les subventions aux associations…

L’annulation et non l’aménagement de toutes ces mesures d’austérité est déjà l’objectif clairement annoncé de nombreuses luttes sociales. C’est donc leur prolongement, en leur donnant une perspective politique, et à cette condition seulement, que le gouvernement pourra agir de façon optimale. Il disposera d’un large soutien de la population et de sa mobilisation active.

Les velléités de lutte actuelle contre l’austérité sont vaines et dérisoires, la seule exigence réaliste ne peut être que l’annulation de toutes les mesures qui imposent l’austérité. Ce qui est facile pour un pays souverain et impossible pour des mouvements sociaux dépendant des institutions supranationales. Chaque organisation, parti, syndicat, association, doit clamer cette revendication de l’annulation de l’austérité à travers toute l’Europe.

Avec les plans d’austérité décidés dans toute l’Union européenne par les gouvernements sous l’impulsion de la Commission, de la BCE et du FMI, la crise est devenue perpétuelle. La croissance économique est structurellement faible, les rentrées fiscales en pâtissent, le chômage et la précarité restent à de très hauts niveaux, le coût des emprunts est trop élevé pour certains pays. Ces plans donnent la certitude que la plupart des pays de l’UE auront pendant une très longue durée, une à deux générations, des taux de chômage officiels compris, selon les pays, entre 10% et 30%.

Pour des raisons sociales tout autant qu’économiques et démocratiques, les plans d’austérité doivent être annulés. Leur annulation demandera une très forte activité législative et réglementaire. En même temps, il faudra prendre les mesures propres à augmenter les revenus et à développer l’emploi. Tout de suite, l’échelle mobile des salaires et des prix sera rétablie. L’amélioration de l’assurance-retraite, de l’assurance-santé et de l’assurance-chômage sera engagée. L’interdiction des délocalisations et la relance de l’industrie française seront décidées, tout comme la mise en œuvre du droit opposable à l’emploi. Ces différentes mesures sont détaillées dans les parties suivantes.

Pendant sa campagne électorale et tout de suite, le nouveau gouvernement qui arrivera aux affaires devra compter sur le soutien du peuple. Si la sortie de l’euro apparaît comme une revendication purement idéologique, abstraite, ne se traduisant par aucune amélioration de la vie quotidienne du peuple, ce dernier se démobilisera et ce sera l’échec.

Il faut au contraire montrer que la mise en œuvre des mesures sociales, et de leur financement, dépendra de la sortie de l’euro. C’est pourquoi, immédiatement, le nouveau gouvernement devra montrer de quel côté il se trouve : celui des classes dominées. Les premières mesures qu’il prendra devront améliorer visiblement et significativement le bien-être de la population.

Signalez, dans l’espace sous l'article (cliquez sur "réagissez"), les lois qu’il faudrait abroger selon vous

(n° de la loi, date, objet)

Exemples de lois à abroger :

1973

Loi n° 73-7 du 3 janvier 1973 sur la Banque de France. Elle prive le gouvernement de faire appel aux prêts et avances de la Banque de France.

1984

Loi n° 84-46 du 24 janvier 1984 relative à l'activité et au contrôle des établissements de crédit. Elle déréglemente l’activité bancaire.

2016

Loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels. La loi El Khomri livre un peu plus les salariés au bon vouloir patronal.

0 Filet 2

Web Analytics