En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

Signez l’appel à voter carton rouge le 23 avril !


 
Avec le premier tour de l’élection présidentielle, le 23 avril, aucun véritable choix n’est proposé aux Français. C’est pourquoi le vote carton rouge s’impose. Ses objectifs sont de provoquer et de rendre visibles trois phénomènes porteurs d’avenir :



1.- Délégitimer le futur vainqueur de l’élection présidentielle

Un président mal élu (avec moins de 50% des inscrits) verra ses possibilités de nuisances réduites. Les effets d’un vote carton rouge massif seront immédiats dans de multiples domaines. D’abord, le pouvoir, quel qu’il soit, ne pourra pas appliquer entièrement, sereinement et rapidement son programme. Ensuite, sur le plan politique, la décomposition politique nécessaire s’accélèrera, obligeant les partis et les hommes providentiels du moment à réviser leurs conceptions ou à faire autre chose. Enfin, sur le plan institutionnel, le vote carton rouge sera un acte politique majeur de rejet de tout le système politique actuel et d’exigence d’un renouvellement profond. Un nouveau rapport de force sera créé sur une exigence antisystème. En délégitimant le résultat de cette élection, des conditions nouvelles et plus favorables auront été créées pour les mobilisations populaires.



2.- Transférer la légitimité au peuple

Avec un vote carton rouge massif la légitimité changera de camp. ce sont les citoyens, comme en 1936, grâce au front populaire qu’ils sauront bâtir, qui auront la clé de la libération de la France. Le message sera clair pour tout le monde : c’est dans la démocratie de base, directe, dans les mobilisations populaires que les solutions seront trouvées aux difficultés de la France. La démocratie, en effet, ne se réduit pas aux élections. La majorité électorale ne représente pas tout le peuple. A fortiori quand le taux d’abstentions, de blancs et de nuls devient majoritaire, car la démocratie n’est pas de l’arithmétique. Dans le cas de la mise en minorité du vainqueur (par rapport aux inscrits), la légitimité électorale s’effacera. Une autre légitimité apparaîtra, celle du peuple mobilisé pacifiquement.



3.- Voter pour le candidat de la démondialisation Jacques Nikonoff

Le candidat du Parti de la démondialisation à l’élection présidentielle, Jacques Nikonoff, n’a pas obtenu les 500 parrainages requis. Censuré dans les grands médias, comme d’autres candidats, il n’a pas pu faire connaître son programme et ses idées aux Français. Comme aucun des candidats présents au premier tour de l’élection présidentielle, le 23 avril, n’a un programme et une stratégie à la hauteur, voter carton rouge reviendra à voter Nikonoff. Il est le seul à porter les ruptures nécessaires avec l’ordre néolibéral mondial :

  • Reconquérir la souveraineté de la France en sortant à la fois, unilatéralement et immédiatement, de l’OTAN, de l’euro, de l’Union européenne, du Fonds monétaire international, de la Banque mondiale, de l’Organisation mondiale du commerce.
  • Mettre un terme au libre-échange en prenant des mesures protectionnistes.
  • Asphyxier la globalisation financière en commençant à démanteler, en France, les marchés financiers.
  • Éliminer le chômage et la précarité.

Aucun autre candidat ne veut démondialiser. Quel que soit le vainqueur, il entraînera la France dans une nouvelle impasse. 

CartonRouge

 

0 Filet 2

 

 

Selon le mensuel Ruptures, reproduit par le Pardem, 8 mai 2017.

https://ruptures-presse.fr/actu/liste-soutiens-emmanuel-macron-pouvoir-argent-election-presidentielle/

Cette liste que nous proposons ci-dessous n’est pas exhaustive mais elle est à notre connaissance la plus complète disponible à ce jour. Elle porte sur le premier tour de l’élection présidentielle du 23 avril 2017. Les personnalités sont classées par catégorie (« Patrons et banquiers », « Responsables politiques », etc.), puis par ordre alphabétique. Les possédants, que leur capital soit prioritairement économique, politique ou culturel, sont, sans surprise, en bonne place…

Parti de la démondialisation

Le 4 mai 2017

Avant le premier tour du 23 avril, le Parti de la démondialisation avait déjà proposé un texte de réflexions accessible ici :

http://www.pardem.org/presidentielle-2017/671-a-lire-samedi-22-avril-2017-avant-le-premier-tour-de-l-election-presidentielle

Nous recommençons avant le deuxième tour fixé au 7 mai, en livrant une nouvelle analyse approfondie de l’évolution du système politique de notre pays avant ce scrutin inédit en tous points. Un résumé se trouve ci-dessous.

Par le Parti de la démondialisation

 

Le 26 avril 2017

 

 

En démocratie, voter c’est choisir.

 

Les électeurs, au premier tour de l’élection présidentielle, ont choisi de liquider les partis duettistes de l’alternance, PS et LR. Mais le 7 mai, pour le deuxième tour, se laisseront-ils berner par les fausses alternatives qu’on leur propose ? Car malgré ce que l’on tente de nous faire croire, Marine Le Pen n’est pas l’inverse politique d’Emmanuel Macron, mais son complément indispensable et l’impasse symétrique. Il n’existe aucun véritable choix, les deux conduisent le peuple dans une impasse.

En démocratie, voter c’est choisir.

 

Les électeurs, au premier tour de l’élection présidentielle, ont choisi de liquider les partis duettistes de l’alternance, PS et LR. Mais le 7 mai, pour le deuxième tour, se laisseront-ils berner par les fausses alternatives qu’on leur propose ? Car malgré ce que l’on tente de nous faire croire, Marine Le Pen n’est pas l’inverse politique d’Emmanuel Macron, mais son complément indispensable et l’impasse symétrique. Il n’existe aucun véritable choix, les deux conduisent le peuple dans une impasse.

Boutique du Pardem

Bandeau Boutique

Web Analytics