Clicky

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

chili revendications     

par Joël Perichaud, Secrétaire national aux relations internationales

le 29 octobre 2019

Nous diffusons l’entretien réalisé par Romain Migus avec Emilia TIjoux, sociologue, professeure à l'Université du Chili, qui analyse (en français) le mouvement social actuel au Chili, la répression, et le futur politique du pays. Emilia TIjoux appelle à la solidarité internationale.

Romain Migus sera présent à l’université d’automne du Pardem à La Rochelle du 9 au 11 Novembre.
http://pardem.org/le-parti/universites-d-automne/universites-d-automne-2019/967-universite-d-automne-2019-du-pardem

Depuis le 17 octobre, la colère sociale populaire ne faiblit pas malgré la répression brutale : 17 morts, des centaines de manifestants blessés et près de 3 000 personnes arrêtées par les forces de l'ordre.


Comme ses homologues latino-américains néolibéraux confrontés à des soulèvements populaires, le président, Sebastian Piñera, a déclaré la guerre à son peuple : couvre-feu, état d’exception, militarisation des rues (20 000 militaires et policiers déployés dans le pays). Le pays n’avait pas connu un tel déploiement martial depuis la dictature du général Augusto Pinochet (1973-1990), artisan criminel du modèle néolibéral que rejettent les ma-nifestants. Face au peuple chilien qui exige sa démission, le multimilliardaire qui occupe le palais de la Moneda depuis mars 2018 (après son premier mandat de 2010 à 2014) a fait une série d’annonces : l’augmentation immédiate de 20 % du salaire minimum, la création d’un impôt complémentaire sur les revenus supérieurs à 9 886 euros et la stabilisation des tarifs électriques… Ce saupoudrage ne suffit pas pour le peuple en révolte !
Dans le laboratoire du néolibéralisme, après une longue et sanglante dictature et une fausse démocratisation, la peur a enfin changé de camp. Les manifestants exigent la démission du président, Sebastian Piñera, et des changements structurels.

.be">
.be

Soutien au peuple Chilien !
El pueblo unido, jamás será vencido !

 

 

Ajouter un commentaire
  • Aucun commentaire sur cet article.

Boutique du Pardem

Bandeau Boutique

 
Web Analytics