Clicky

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

par le parti de la démondialisation (Pardem)

Souveraineté nationale et souveraineté populaire ne peuvent être séparées. La souveraineté populaire, en 1789, c’est la transformation du sujet en citoyen, c’est l’érection de la masse des gueux en peuple. L’absence de souveraineté populaire – pendant l’Ancien Régime ou la période de Vichy - signifie immédiatement la captation du pouvoir, puisque par définition celui-ci se place en dehors du peuple. Par ailleurs, il ne peut y avoir de souveraineté populaire sans citoyenneté, la citoyenneté étant la mise en œuvre de la souveraineté populaire.

La citoyenneté se manifeste par l’exercice de droits politiques comme expression de la liberté en société. C’est le peuple qui fait société, au sein de la nation, association volontaire définissant un contrat social par une constitution de laquelle vont découler des lois élaborées par le peuple ou ses représentants. La souveraineté du peuple implique nécessairement une démocratie représentative et délégataire qui permet l’exercice des droits.

Une vraie citoyenneté impose une participation active à la politique : conception, mise à jour et défense du contrat social incarné dans la Constitution ; élaboration de la loi comme expression de la volonté générale et garantie de l’État de droit ; implication dans la délibération publique ; participation au suffrage universel. Il s’agit d’autant d’éléments indissociables qui constituent les bases de la démocratie dans une visée universelle. La vraie citoyenneté est un engagement militant débordant les frontières de l’élite politisée pour s’investir dans les structures parallèles à l’appareil d’État que sont les syndicats, les partis, les associations, les collectifs militants les plus divers.

Si on se demande ce qui fait qu’un peuple est un peuple, et non simplement une ethnie, une communauté, des croyants, les habitants d’un territoire, des entrepreneurs, un ensemble de consommateurs : c’est la politique. Un peuple est politique ou n’est pas. C’est cela que les stratégies néolibérales de mondialisation veulent détruire. Évidemment.

Ajouter un commentaire

Liste des participants qui ont commenté cet article

  • Je lis : "La souveraineté du peuple implique nécessairement une démocratie représentative et délégataire qui permet l’exercice des droits"

    Ouh, là, là. J'admire la profondeur de la réflexion. Bon remarquez vous n'avez pas écrit "nécessairement et suffisamment". On peut donc espérer mieux que la parodie de "démocratie" de la Ve !

    Je lis ensuite "conception, mise à jour et défense du contrat social incarné dans la Constitution ; élaboration de la loi comme expression de la volonté générale et garantie de l’État de droit ; implication dans la délibération publique ; participation au suffrage universel."

    Un peu léger et vague pour restaurer (inventer ?) la démocratie, non ?

Boutique du Pardem

Bandeau Boutique

Web Analytics