En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

Jacques Nikonoff, président du Parti de la démondialisation (Le Pardem) est intervenu au colloque du MPEP « Crise financière et environnement » le 6 décembre 2008. 

0 Filet 2

Dans cette tribune publié le 19 novembre 2015 dans Russia Today, Jacques Nikonoff, professeur associé à l’Institut d’études européennes de l’Université Paris 8, analyse les enjeux du réchauffement climatique à la veille de la conférence sur le climat.

Le prochain sommet mondial de l’ONU sur le climat (appelé COP 21) se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015. Il a pour objectif la conclusion, par les 195 pays membres, d’un accord de réduction des gaz à effet de serre (GES) afin de maintenir le réchauffement de la planète sous la barre des 2°C d’ici la fin du siècle. Jamais l’hypocrisie n’aura atteint de tels sommets.

La Conférence de Paris sur le climat qui s’est tenue du 30 novembre au 11 décembre 2015 (COP21) [1] était-elle la conférence de la dernière chance ? Avons-nous seulement 15 ans pour changer radicalement de cap et éviter la catastrophe ? Que veut dire concrètement cette « crise climatique » et surtout pour qui ?

Boutique du Pardem

Bandeau Boutique

Web Analytics