Clicky

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

signons.fr

par le Parti de la démondialisation

le 2 octobre 2019

Nombreux sont les partis, syndicats ou associations qui se déclarent favorables à la campagne en vue d’obtenir les 4 717 396 soutiens (10% du corps électoral) à la proposition de loi « visant à affirmer le caractère de service public national de l’exploitation des aérodromes de Paris (ADP)».
Certains diffusent des tracts, d’autres vont sur le terrain pour expliquer l’enjeu du référendum et leur proposer de s’inscrire sur le site du ministère en soutien au projet de loi sans esprit de chapelle, sans sous-entendu, sans volonté de récupération ou sans volonté partisane.

Le Pardem en fait partie, tout comme le CNSJS. Nous vous invitons, avec insistance, tous les citoyens, militants ou non, à s’inscrire sur le site du ministère si vous ne l’avez pas encore déjà, à faire signer vos proches, vos collègues, vos voisins et à tenir des tables de signatures dans l’espace public.
Vous trouverez en fin d'article le lien de la vidéo « Appel de la Roya », des citoyens mobilisés depuis des semaines et qui ont réussi à réunir 10% du corps électoral.

ratp 13sept

par le Bureau politique du Parti de la démondialisation
le 20 septembre 2019

De nombreuses mobilisations ont et auront lieu cet automne contre tous les nouveaux mauvais coups de Macron. Le Parti de la démondialisation soutient les initiatives qui sont prises pour combattre l’ennemi commun qui impose ces contre-réformes : le néolibéralisme et son bras armé, l’Union européenne.

Tout l’été le gouvernement et les députés de la majorité ont poursuivi leur travail de remise en cause de notre système social. La loi relative à l’organisation et la transformation du système de santé a été promulguée au Journal officiel le 26 juillet. Celle sur l’école de la confiance, est dans le Journal officiel du 28 juillet. La loi de transformation de la fonction publique est au Journal officiel du 7 août. Et bien sûr la ratification du CETA approuvée par les députés et en attente de l’approbation du Sénat. Autant de textes que le gouvernement a tenu à faire passer au cœur de l’été.

ADP

Par Michel Quinet, Secrétaire général du Parti de la démondialisation
le 11 septembre 2019

La démarche de 248 députés et sénateurs de tous bords d’engager un processus de référendum d’initiative partagée (RIP) sur une proposition de loi « visant à affirmer le caractère de service public national de l’exploitation des aérodromes de Paris » est intéressante en ce qu’elle implique les citoyens dans la défense du Service public.
Le Parti de la démondialisation appelle tous les citoyens à apporter leur soutien à l’initiative des parlementaires jusqu’à atteindre 4,7 millions de signataires. Plus efficace que les pétitions sur change.org et autre mesopinions.com, si le seuil de signatures est atteint le gouvernement devra organiser un référendum sur la proposition de loi présenté par les parlementaires. C’est l’opportunité pour les citoyens de bloquer l’opération consistant à donner un aéroport de plus à Vinci.
Le RIP a été mis en place par Nicolas Sarkozy, ce grand démocrate, pour calmer les velléités de démocratie participative. Des députés ont décidé de l’utiliser pour contrer le gouvernement. Ce sera pour les citoyens l’occasion de tester un processus, éloigné du référendum d’initiative citoyenne (RIC) réclamé par les Gilets jaunes, mais la campagne qui aura lieu permettra d’avoir une réflexion sur la démocratie, sur l’intervention des citoyens dans les prises de décisions.
Après un départ en fanfare le processus marque le pas et atteint 717 000 signatures soit 15% de l’objectif. D’où l’importance d’une mobilisation massive de la population pour s’inscrire sur le site https://www.referendum.interieur.gouv.fr/. Pour participer à la réussite de cette mobilisation nous multiplierons les initiatives, les points de rencontre dans les lieux publics, avec du matériel pour faciliter l’inscription sur le site du ministère de l’intérieur.

hopital non silence

SOUTIEN AUX GREVISTES PARTOUT EN FRANCE ! SOLIDARITE ET ACTION DES USAGERS

par J.M. Toulouse, membre du Conseil national du Parti de la démondialisation
le 24 juillet 2019

Dans l’histoire de la France, l’hôpital public est passé d'une institution d'assistance et de charité à un établissement dispensateur d'actes techniques au service du malade. Ceci est le fruit d'une longue évolution, que Macron et son gouvernement entendent liquider sous l’impulsion, comme d’habitude, de l’Union européenne. Rappelons simplement que la loi HPST de Madame Bachelot est la mise en œuvre de la directive services qui a fait suite à la directive Bolkenstein. Afin de ne pas réanimer la mobilisation qui avait conduit à la suppression de cette directive, l’Union européenne a, en effet, adopté la directive services. Le gouvernement français de l’époque a alors décidé de la mettre en œuvre secteur par secteur. Ainsi a « surgi » la loi HPST, concernant les hôpitaux publics.
Alors oui les gouvernements (de droite comme de gauche) portent une lourde responsabilité. La première est d’avoir obéi à l’Union européenne, pour être dans « les clous » du néolibéralisme, la seconde est de l’avoir fait dans l’ombre, à l’abri du regard des citoyens, attachés à tous leurs services publics. Les résultats sont là, cruels et mortifères pour les citoyens qui ont eu, ou auront recours, à l’hôpital et à ses urgences, pour eux ou leurs proches.
L’objectif est toujours le même : livrer ce « marché juteux » au privé en paupérisant l’hôpital public et en le décrédibilisant aux yeux des citoyens.

macron grand debat 1

Par Michel Quinet, Secrétaire général du parti de la démondialisation.

Le 27 avril 2019

Le mouvement des Gilets jaunes n’est pas un coup de sang éphémère, il dure … A la grande déception du gouvernement eurolibéral et de son envoyé spécial, Macron.

Face à cette dure réalité, Macron et le gouvernement ont essayé en décembre de le désamorcer en annonçant la suppression de l’augmentation de la taxe sur les carburants et une fausse hausse du SMIC. Ces mesurettes vont, selon l’INSEE, doper un peu la consommation mais ne répondent aucunement aux attentes des manifestants. Dans le même temps, le pouvoir use de la violence et de l’intimidation en plus de la désinformation en réprimant les manifestants du samedi, en expulsant les Gilets jaunes des ronds-points (ils y sont revenus), lieux de rencontre de communication et de soutien de la population, en qualifiant les gilets jaunes de haineux , d’agressifs et de racistes, de quasi terroristes.

Boutique du Pardem

Bandeau Boutique

Web Analytics