Clicky

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

CGT gilets jaune le Havre 800x450

par le Parti de la démondialisation

le 29 novembre 2019

La date du 5 décembre est désormais dans de nombreuses têtes. Selon que l’on est du peuple ou des élites, des dominés ou des dominants, des pauvres ou des riches elle sonne l’espoir et la possibilité d’affirmer massivement que ça suffit, que non c’est non, que « de cette société là on n’en veut pas » ou elle suscite la peur que ne prenne un mouvement de grande ampleur mettant en difficulté le pouvoir et pas seulement ponctuellement !

par le Pardem

le 14 novembre 2019

 

Les initiatives des citoyens se multiplient pour suppléer à la carence du gouvernement et l'absence de médiatisation du Référendum d'initiative partagée enclenché par 248 parlementaires de tous bords et que l'on n'entend pas !.
Pourtant il est urgent de populariser le RIP pour obtenir un référendum et ainsi permettre à tous les Français de décider ou non de la privatisation d’ADP.
Car la majorité de la population ignore toujours l’existence du RIP tandis que d’autres ont des difficultés à enregistrer leur soutien sur le site du gouvernement. C'est pourquoi des groupes de citoyens installent des tables de signatures pour informer et aider à s'enregistrer sur le site officiel du gouvernement..
C'est toute cette action que Mathieu, Gilet jaune des Yvelines, explique au micro de Marmite FM, une radio locale dynamique. Il parle aussi des enjeux de la privatisation d’ADP, de toutes les privatisations, de l'importance de l'Union européenne dans la politique menée par Macron et son gouvernement.

 A écouter sans modération

 

 

dessin mairie

 

par Michel Quinet, secrétaire général du Parti de la démondialisation.
le 21 octobre 2019

Certes, le RIP est loin d’être satisfaisant :
- il dépend de la bonne volonté des parlementaires ;
- le déclenchement du référendum est suspendu au bon vouloir du président de la République ;
- le seuil de 10% des inscrits sur les listes électorales est élevé (4,7 millions de signataires au minimum avant mi-mars 2020) ;
- une fois le seuil atteint, rien n’oblige le Président de la République à organiser le référendum.

Oui les obstacles sont nombreux. Mais si nous obtenons les 4,7 millions de signatures, contre la mauvaise volonté du gouvernement, nous aurons montré que nous voulons plus de démocratie. Que les Français veulent pouvoir décider par référendum de la privatisation (ou non) des Aéroports de Paris. Alors qu’ils ont été privés de toute expression sur la privatisation de La Poste, de France Télécom, d’EDF, etc.

signons.fr

par le Parti de la démondialisation

le 2 octobre 2019

Nombreux sont les partis, syndicats ou associations qui se déclarent favorables à la campagne en vue d’obtenir les 4 717 396 soutiens (10% du corps électoral) à la proposition de loi « visant à affirmer le caractère de service public national de l’exploitation des aérodromes de Paris (ADP)».
Certains diffusent des tracts, d’autres vont sur le terrain pour expliquer l’enjeu du référendum et leur proposer de s’inscrire sur le site du ministère en soutien au projet de loi sans esprit de chapelle, sans sous-entendu, sans volonté de récupération ou sans volonté partisane.

Le Pardem en fait partie, tout comme le CNSJS. Nous vous invitons, avec insistance, tous les citoyens, militants ou non, à s’inscrire sur le site du ministère si vous ne l’avez pas encore déjà, à faire signer vos proches, vos collègues, vos voisins et à tenir des tables de signatures dans l’espace public.
Vous trouverez en fin d'article le lien de la vidéo « Appel de la Roya », des citoyens mobilisés depuis des semaines et qui ont réussi à réunir 10% du corps électoral.

ratp 13sept

par le Bureau politique du Parti de la démondialisation
le 20 septembre 2019

De nombreuses mobilisations ont et auront lieu cet automne contre tous les nouveaux mauvais coups de Macron. Le Parti de la démondialisation soutient les initiatives qui sont prises pour combattre l’ennemi commun qui impose ces contre-réformes : le néolibéralisme et son bras armé, l’Union européenne.

Tout l’été le gouvernement et les députés de la majorité ont poursuivi leur travail de remise en cause de notre système social. La loi relative à l’organisation et la transformation du système de santé a été promulguée au Journal officiel le 26 juillet. Celle sur l’école de la confiance, est dans le Journal officiel du 28 juillet. La loi de transformation de la fonction publique est au Journal officiel du 7 août. Et bien sûr la ratification du CETA approuvée par les députés et en attente de l’approbation du Sénat. Autant de textes que le gouvernement a tenu à faire passer au cœur de l’été.

Boutique du Pardem

Bandeau Boutique

Web Analytics