En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A
 Ukraine 1 Ukraine 2 Ukraine 3  Ukraine 4

 Embleme du
bataillon Azov

                                        

 Embleme du
Parti
Social-Nationaliste

 

 Embleme de
la
2e Division SS
     d'Ukraine (2003)     

 

Drapeau de
l’Otan
Das Reich

Le parlement de Kiev, le 8 juin, a voté par 276 voix contre 25 un amendement législatif qui rend prioritaire l’objectif d’entrer dans l’Otan. Même si l’Ukraine est de fait déjà dans l’Otan, son entrée officielle dans l’Organisation ne serait pas qu’un acte formel.

En effet, la Russie étant accusée par l’Otan d’avoir annexé illégalement la Crimée et de conduire des actions militaires contre l’Ukraine, les 29 autres membres de l’Alliance, sur la base de l’Article 5, devraient « assister la partie attaquée en entreprenant l’action jugée nécessaire, utilisation de la force armée comprise ». En d’autres termes, ils devraient entrer en guerre contre la Russie.

Le Monténégro est devenu, lundi 5 juin, le 29e membre de l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique-Nord). C’est la plus petite des républiques de l'ex-Yougoslavie.

En 2015, l’annonce de l’adhésion de ce petit pays majoritairement slave et orthodoxe avait entraîné des manifestations organisées par l’opposition. Comme les négociations avec l’Union européenne, cette soumission à l’OTAN a été imposée par Milo Djukanovic, ancien premier ministre de 1991 à fin 2016, avant de passer la main à Dusko Markovic.

Lors d’une cérémonie au département d’Etat américain, Dusko Markovic et le ministre des affaires étrangères Srdjan Darmanovic ont remis au gouvernement américain et à « l’Alliance », les clés de ce petit pays de 620 000 habitants.

C’est peu dire que Bruxelles a accueilli, avec soulagement et enthousiasme, l’élection du très pro-UE Emmanuel Macron.

Greenpeace porte plainte contre la France. Elle accuse l’Etat d’avoir recapitalisé EDF en violation des règles européennes, et souhaite donc que Bruxelles engage des poursuites.

Le « délit » remonte à mars dernier, lorsque l’entreprise (partiellement) publique a réalisé une augmentation de capital de 4 milliards d’euros, à laquelle l’Etat a souscrit à hauteur de 3 milliards. En outre, précise l’ONG, qui ne supporte décidément pas quelque entorse que ce soit à la pure loi du marché, l’actionnaire public a accepté de recevoir pendant trois ans ses dividendes en actions plutôt qu’en euros sonnants et trébuchants, soit un « cadeau » supplémentaire de 3,8 milliards d’euros.

Tout cela viole les règles européennes en favorisant l’entreprise par rapport à ses concurrents, hurle Greenpeace. Pire, ces décisions publiques « n’ont ni été notifiées à la Commission ni, à plus forte raison, conditionnées à quelque engagement que ce soit en matière de proportionnalité ou de rentabilité ».

La tournée européenne du président Donald Trump va être mouvementée. Il sera le 24 mai à Rome, le 25 au Sommet de l’OTAN à Bruxelles et les 26 et 27 au G7 de Taormina (Sicile). Pour préparer sa visite, le Pentagone a présenté, par la voix du général Curtis Scaparrotti, son plan stratégique pour le « théâtre européen ».

Boutique du Pardem

Bandeau Boutique

Web Analytics