Clicky

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

Par Leonardo Mazzei, membre du « Mouvement populaire de libération nationale - Programa 101 » (P101).

1er juillet 2018

aquarius1 

Le Pardem publie le texte de Leonardo Mazzei, militant du « Mouvement populaire de libération nationale - Programa 101 » (P101), organisation politique italienne membre de la Coordination européenne contre l’Union européenne, l’euro et l’OTAN dont fait également partie le Pardem.

La presse européenne aux ordres du système déforme sciemment les faits et actes de la politique du gouvernement italien. Le but de la publication de ce texte est de faire connaître la position de certains mouvements de la gauche italienne. De la même manière, Riccardo Barrenghi, ancien directeur du quotidien communiste Il Manifesto, écrit dans La Stampa du 13 juin : « Brûlez cette chronique immédiatement après l’avoir lue, mais cette fois Conte [le Premier ministre italien] a raison. » Son propos portait sur la décision italienne de ne pas accueillir l’Aquarius dans un port italien, car le gouvernement avait raison de placer les autres pays européens devant leurs responsabilités.

par Annik Plançon, membre du Conseil national du Pardem

le 25 juin 2018

grèce UE

L’UE et le FMI ont-ils soutenu la Grèce ? Absolument pas.

Dans un premier temps ils ont soutenu les banques grecques, allemandes, françaises, italiennes qui avaient prêté à l’Etat Grec en considération des taux d’intérêt élevés qu’il offrait en contrepartie d’un risque important sur le remboursement. Ce risque avéré, La BCE et les banques centrales européennes ont limité les pertes des banques privées en leur rachetant à un prix légèrement soldé les créances qu’elles détenaient (maximum 30% de rabais, alors que sur le marché, elles ne valaient pratiquement plus rien). Pire en 2012, seuls les fonds de retraite grecs et les banques Chypriotes ont du abandonné une partie de leurs créances !

Dans un deuxième temps, le MES (Mécanisme Européen de stabilité), organisme européen particulièrement opaque, a prêté à la Grèce afin que celle-ci paie aux banques centrales européennes, au FMI et à quelques fonds « Vautours » les remboursements et les intérêts d’une dette de ce fait augmentée.
Compte tenu d’un prix de rachat, au pire à 70 % du montant de la dette, d’un remboursement de celle-ci et d’intérêts élevés calculés toujours sur 100%, le système des banques centrales européennes enregistrent quelques 13 milliards de profits.

Par Joël Perichaud, secrétaire national du Parti de la démondialisation chargé des relations internationales

Le 27 mars 2018

Quels étaient les camps sur le terrain lors de ces élections ? La réponse était dans journal de la Confindustria (le MEDEF italien) : Sergio Fabbrini, dans deux éditoriaux (14 et 21 janvier) parus sur "il Sole 24 Ore", expliquait qu’en Italie se confrontaient les pro-européens et les partisans du souverainisme. Deux camps transversaux aux différents partis, mais avec des caractéristiques clairement définies.

D’une part, les supporteurs de l’intégration européenne et de l’OTAN, d’autre part les partisans de la souveraineté nationale. Toujours dans "il Sole 24 Ore" : « Si les institutions politiques et électorales ne sont pas en mesure de garantir la préservation de cette relation [avec l’Europe] [...] alors il est nécessaire que cette relation soit protégée par nos classes dirigeantes ». Tout peut être discuté sauf notre adhésion à l’UE, à l’euro et à l’OTAN.

Les grands médias ont construit un discours estimant qu’une décision souveraine du peuple italien était irrecevable si elle remettait en question ces adhésions. Le raisonnement sous-jacent est que la réappropriation de la souveraineté nationale est inadmissible et que l’adhésion à l’UE et à l’OTAN n’est pas du ressort des électeurs.
Malgré tout, les élections du 4 mars ont apporté une réponse très différente de celle souhaitée par l’establishment italien (et pas seulement).

 

Le Mouvement 5 étoiles (M5S) et la Ligue (ex ligue du nord) ont gagné parce qu’elles ont répondu à un facteur essentiel : la représentation d’une souffrance généralisée de la société italienne.

La Ligue qui est née en donnant une voix aux petits patrons du Nord a compris que la crise a plongé ce secteur de la société dans la pauvreté. Il existe une prolétarisation de la classe moyenne.

Le M5S a réussi à faire la même opération en représentant les nombreux jeunes précaires, reliant la question générationnelle à l’exploitation des classes dominées.

Cette souffrance s’est transformée non seulement en une attaque féroce contre les migrants et la « caste », mais aussi en une proposition « souverainiste ».

Ces deux formations politiques qui, sur de nombreuses questions, sont à des années-lumière de la « gauche » reprennent les propositions que la gauche ou les communistes devraient soutenir et parviennent à faire élire des représentants de luttes sociales ou des intellectuels qui ont un profil politique ouvertement de gauche (M5S) et la Ligue elle-même a eu la clairvoyance de faire élire ceux qui sont attentifs aux questions sociales.

Le parti Démocrate

Le PD expérimente la défaite de la social-démocratie européenne (Allemagne, France, Espagne, Hollande, Grèce...). De plus, la tentative de Renzi de « pomper » les voix de Berlusconi  n’a pas conduit à de nouveaux votes au PD, mais a aussi contribué à lui faire perdre beaucoup de l’électorat de gauche traditionnel (à commencer par les enseignants).

Le PD gouverne directement ou indirectement depuis 2011. Il s’est l’aligné sur les exigences de la Troïka et est responsable de la douleur du corps social, de la crise économique, de l’affaiblissement de la capacité productive du pays, etc.

La gauche sociale-démocrate

Les « frondeurs » du PD, Liberi e Uguali (Libres et égaux, LeU) a été battu à ces élections. La stratégie de Alema et Bersani (dirigeants et fondateurs du Parti Démocrate) était de « gauchiser » leurs positions et de miser sur l’effondrement du PD renzien pour ensuite ouvrir une nouvelle relation politique avec un parti « différent ».

L’échec est dû au manque de crédibilité de la classe politique qui l’a animé, mais aussi au projet politique qui, là où il a été appliqué (en Grèce), a donné les résultats désastreux que nous connaissons. Proposer des politiques de redistribution au sein d’une Europe qui a fait de la concurrence salariale son crédo n’est pas une perspective crédible.

LeU est européiste ce qui est inconciliable avec une politique progressiste. Cette contradiction concerne tous ceux qui proposent des politiques sociales et redistributives sans remettre en cause le cadre européen. il n’ y a pas d’espace politique national en dehors des traités européens.

Potere al popolo

A l’intérieur du PAP il y a des partis historiques comme Rifondazione Comunista et le nouveau PCI, le Réseau communiste et aussi la "Gauche anti-capitaliste" trotskyste. Ces formations se sont réunies quelques semaines avant le vote sans véritable projet, donnant l’image d’un cartel électoral avec un seul objectif : le retour d’élus au Parlement. Sur certaines questions centrales comme l’euro et la défense des intérêts nationaux, l’ambiguïté (supérieure à celle du M5S), a été préférée à la clarté. Ils ont aussi préféré l’ambiguïté sur des questions internationales : Syrie, Kurde, Ukraine, l’OTAN.

Conclusion

L’un des faits saillants de ces élections est que les électeurs de gauche ont voté massivement pour le M5S. L’attitude qui prévaut est de considérer cela comme une force de « droite » avec laquelle il ne faut pas s’engager. Rien de plus faux.. Le M5S est traversé par des contradictions et il convient de discuter des vrais enjeux stratégiques : la lutte contre l’intégration euro-atlantique et la défense des classes populaires.

Idem pour la Lega...

Dernière minute

Un accord a été conclu le 24 mars entre le M5S et la Forza Italia pour se répartir les présidences des deux chambres. M5S : Roberto Fico, 43 ans, historique du M5S, a été élu, avec 422 voix sur 620 votants, président de la Chambre des députés.

Forza Italia : Elisabetta Alberti Casellati, 71 ans, avocate et fidèle de Silvio Berlusconi dès 1994, a recueilli 240 voix sur les 319 votants au Sénat.

Les consultations pour la formation du futur gouvernement, doivent s'ouvrir début avril...

 

Par Joël Perichaud, secrétaire national du Parti de la démondialisation chargé des relations internationales

Le 6 mars 2018

Plus de 46 millions d’Italiens étaient appelés dimanche à élire pour cinq ans les 630 membres de la Chambre des députés et les 315 membres du Sénat.

La participation a été de 72,93 %

Des résultats clairs
Le Mouvement 5 étoiles (M5S) « antisystème » frappe un grand coup. Avec près de 32 % des voix, le parti créé en 2009 sur la promesse d’un « changement de système » s’impose comme la force majeure de l’échiquier politique italien. Le parti obtiendrait ainsi autour de 221 sièges de députés (sur 630) et 115 sièges de sénateurs (sur 315). 

La coalition de centre droit Forza Italia (FI), de Silvio Berlusconi, la Ligue (Lega), de Matteo Salvini, « eurosceptique » et xénophobe, le petit parti Fratelli d’Italia (FdI) « Frères d’Italie » et Noi con l’Italia (NcI) “Nous avec l’Italie” (centre-droit) obtient 37 % des voix.

La Lega, dépasse de 5 points (18 %) le parti historique de Silvio Berlusconi, Forza Italia (13 %). La Lega aurait environ 110 députés et 56 sénateurs, Forza Italia respectivement 99 et 53, FdI : 23 et 20 et NcI : 5 et 0.

Le Parti démocrate (PD) de l’ancien premier ministre Matteo Renzi (centre gauche) n’a jamais atteint un score aussi bas, avec 19 % des voix (25,43% en 2013).
A l’échelle du pays, le centre gauche n’est arrivé en tête que dans deux régions, la Toscane et le Trentin-Haut-Adige.

Libres et égaux (Liberi e Uguali - LeU), considéré comme « frondeur de gauche » du Parti démocrate ne fait pas mieux. Cette liste de trois groupuscules obtient 3,39% contre 3,2% en coalition avec le PD il y a cinq ans.

Quant aux communistes de Potere al popolo (PaP - Pouvoir au peuple), ils obtiennent 1,13% des voix et n’entreront pas au Parlement. Il y a cinq ans, Révolution civile, l’alliance à laquelle participaient Parti de la refondation communiste (PRC - Partito della Rifondazione Comunista) et Parti communiste des italiens (PCI- Partito Comunista Italiano), recueillait 2,25% des suffrages...Ces Partis européïstes, devenus groupusculaires, sont sortis de la vie politique...

 

Par Joël Perichaud, secrétaire national du Parti de la démondialisation chargé des relations internationales

Le 3 mars 2018

Pendant ces presque 20 années de révolution bolivarienne, il y a eu au Venezuela cinq ambassadeurs américains et d'innombrables « chargés d'affaires » irrespectueux des décisions populaires et pratiquant une ingérence manifeste dans les affaires intérieures du Venezuela. Portraits :

Boutique du Pardem

Bandeau Boutique

Web Analytics