En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

L'Otan a lancé lundi 16 octobre 2017 une nouvelle force multinationale en Roumanie avec l'objectif de « renforcer son flanc Est face à la Russie. »

Cette force qui s'appuie sur dix pays membres de l'Alliance atlantique et sera opérationnelle d'ici à fin 2018, doit épauler un contingent de quelque 900 soldats américains déjà positionnés en Roumanie. Elle est basée à Craiova (sud-est), sera dirigée par la Roumanie et comprendra des militaires polonais, portugais, bulgares, italiens et allemands.

Cette nouvelle force sera déployée sur terre, dans les airs et en mer. La composante terrestre comprendra une brigade multinationale, soit 3.000 à 4.000 hommes.

« Notre objectif est la paix, non la guerre », a assuré, sans rire, le président roumain Klaus Iohannis, lors d'une séance de l'Assemblée parlementaire de l'Otan organisée à Bucarest, avant d’ajouter : « La Brigade multinationale sud-est a été créée en réponse à l'environnement d'insécurité et d'instabilité à proximité de la zone Otan ...L'Otan ne cherche pas la confrontation et ne représente pas une menace pour la Russie. » ? Sans blague...

Le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg, a déclaré devant des soldats de la base de Craiova : « Nous envoyons aujourd'hui un message très clair: l'Otan est ici, l'Otan est forte et l'Otan est unie. »

Les patrouilles de l'Otan en mer Noire seront renforcées par des visites fréquentes de bâtiments de pays alliés dans les ports roumains et bulgares, ainsi que par des exercices militaires. 

Les forces aériennes sont en cours de déploiement : la Grande-Bretagne a avions de combat en Roumanie et des pilotes canadiens patrouillent déjà avec de leurs homologues roumains. L'Italie effectue quant à elle des patrouilles dans l'espace aérien bulgare. 

Trois pays riverains de la mer Noire (Roumanie, Bulgarie et Turquie) appartiennent déjà à l'Organisation du traité de l'Atlantique-Nord et deux autres, la Géorgie et l’Ukraine, veulent la rejoindre. 

Cette nouvelle tentative d’intimidation de l’Otan s'inscrit dans le cadre du renforcement de la présence de l'Otan dans les anciens pays du bloc soviétique. L'Otan cherche visiblement à encercler la Russie et mets en péril la stabilité en Europe orientale.

Avec le Pardem, sortons de l’Otan !

Ajouter un commentaire
  • Aucun commentaire sur cet article.

Boutique du Pardem

Bandeau Boutique

Web Analytics