En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

Par le Parti de la démondialisation

Le 30 juin 2017

Il est intéressant de faire le point sur l’évolution de la « recomposition » politique. Commençons par le PCF et sa « Résolution du Conseil national du PCF, 24 juin 2017 ». Celle-ci fait l’analyse de la situation après le 2e tour des législatives. Sa lecture donne une impression de déjà vu, et l’on peut pronostiquer sans grands risques de se tromper que le débat ouvert au PCF, comme les précédents depuis au moins deux décennies, va tourner au jus de boudin.

 image009

 

 

D’abord, la direction du PCF fait une grossière erreur d’analyse à propos de l’abstention électorale record. Pour elle « L’abstention a atteint, aux élections législatives de juin, un niveau historique dramatique qu’il faut comprendre comme une forme de rejet des pratiques et des institution politiques confisquées et sclérosées. » On peut rétorquer au PCF que cette abstention n’est pas « dramatique » du tout, bien au contraire, c’est une opportunité, car une masse si importante d’abstentionnistes qui contestent le système est un potentiel explosif.

 

Une partie de l’abstention s’explique certainement par le rejet de certaines pratiques politiques comme le dit le PCF, mais là n’est pas l’essentiel. Le plus important est une contestation des politiques néolibérales menées, pratiquement identiques, par la gauche et la droite. Ayant obtenu moins de 3% des voix, le PCF reconnaît qu’il « essuie un véritable échec électoral. » Il appelle donc à « se réinventer », il préconise une « Révolution politique du PCF », et il « relève le défi de la reconstruction de la gauche. »

Bref, le PCF veut reproduire tout ce qui a échoué ces trente dernières années ! Au lieu de perdre leur temps, les communistes qui sont encore antisystème devraient rejoindre en masse le Pardem.

0 Filet 2

Ajouter un commentaire

Liste des participants qui ont commenté cet article

  • Invité - JAiUnDoute

    On peut rétorquer au PCF que cette abstention n’est pas « dramatique » du tout, bien au contraire, c’est une opportunité, car une masse si importante d’abstentionnistes qui contestent le système est un potentiel explosif.
    Donc vous validez que les institutions politiques sont obsolètes, et sclérosées. Dont acte.
    Comment comptez-vous y remédier pour récupérer ce potentiel explosif... mystère !

  • Invité - F.vannier

    @JAiUnDoute, pour canaliser se potentiel, il est primordial de donner un cap d'un nouveau modèle cohérent et crédible. La démondialisation (néolibérale) du Pardem propose pas seulement une sortie UE/Euro, elle propose un autre schéma de fonctionnement pour se projeter à plusieurs décennies face aux désastres sur les écosystèmes et pour garantir la paix. Ainsi, beaucoup de citoyens comprennent qu'il est nécessaire de sortir de l'UE et du pouvoir exécutif mais les actions individuelles du quotidien ne suffisent pas pour renverser la vapeur. Il faut agir au niveau international qui auront des implications locales par l'intermédiaires des structures étatiques nationales. Pour le moment ce mode de pensée n'est pas suffisamment diffuser pour permettre une prise de conscience collective puisque quasiment toutes les organisations syndicales/politiques dominantes sont imbriquées dans les structures typiquement néolibérales avec le vocabulaire opérationnel empêchant de penser hors UE/Euro;

    à Normandy, France

Boutique du Pardem

Bandeau Boutique

Web Analytics