En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

Imprimer
Catégorie parente: PARDEM
Catégorie : Actualité

soutien à Maduro

par Joël Perichaud, Secrétaire national à l'international du Parti de la démondialisation.

le 2 février 2019

Au Venezuela, Juan Guaido, président de l’Assemblée nationale, s’est autoproclamé « président par intérim » lors d’un rassemblement de l’opposition. Il a immédiatement été reconnu comme tel par les Etats-Unis , l’Australie, le Canada, la Colombie, le Pérou, l’Equateur, le Paraguay, le Brésil, le Chili, le Panama, l’Argentine, le Costa Rica et le Guatemala.

Mais, Le Mexique, la Turquie, la Russie, Cuba, la Chine et la Bolivie ont réitéré leur soutien au gouvernement du chef d’Etat vénézuélien, légitimement élu, Nicolas Maduro. Ce dernier a annoncé la rupture de ses relations diplomatiques et politiques avec les Etats-Unis.

Hier, les eurodéputés, inféodés aux USA, ont voté en faveur de la résolution « reconnaissant Juan Guaido comme président par intérim de son pays » par 439 voix contre 104. La résolution appelle « le gouvernement actuel à mettre fin dans les plus brefs délais aux violations des droits de l’Homme ».

Cette structure supranationale est un Parlement bidon qui n’a aucune légitimité pour voter quoique ce soit à la place des peuples.

Pour leur part, les eurodéputés français sont illégitimes depuis la trahison du vote des Français en 2005. Ils ne sont que le produit du coup d’état institutionnel, mené par Sarkozy, avec leur complicité active.

OUI AU DROIT DES PEUPLES À L’AUTODETERMINATION

VIVE LA SOUVERAINETÉ DU VENEZUELA

SORTONS DE L’UE ...VITE !

Ajouter un commentaire

Liste des participants qui ont commenté cet article

  • Invité - James Guéret

    La grosse magouille dérrière cette affaire du Vénézuéla c'est le problème du pétrole que les USA voudrait s’approprier, car les réserves sont énormes, c'est ça la vraie réalité de ce qui se passe là bas. Les américains en sont rendu là c'est inacceptable. Trump doit se remettre en cause lui même.

Propulsé par Komento
Web Analytics