Clicky

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

AVote

Par le Parti de la démondialisation (Pardem)

Le 17 juillet 2018

Le n° 5 du magazine « Dans la gueule du loup », réalisé par Jacques Cotta sur la chaîne de télévision Le Média, avait pour titre « L’Union européenne vers le chaos ? »

Étaient invités :

  • Charlotte Girard, tête de liste de La France insoumise (LFI) aux élections européennes.
  • François Asselineau, président de l’Union populaire républicaine (UPR).
  • Pierre-Yves Bournazel, député de Paris UDI-AGIR.
  • Jacques Nikonoff, président du Parti de la démondialisation (Pardem).


Et les spécialistes :

  • Coralie Delaume, essayiste et blogueuse pour L’Arène nue.
  • Daniel Shapira, rédacteur pour Informations ouvrières, membre du Parti ouvrier indépendant (POI).

Pierre-Yves Bournazel, macronien bon teint, n’a fait que répéter jusqu’à la caricature, comme un perroquet, les bienfaits supposés de l’Union européenne, ceux que l’on entend ou qu’on lit quotidiennement dans les grands médias du système.

Charlotte Girard a développé des explications incompréhensibles sur les objectifs de La France Insoumise autour du plan A et du plan B à propos de l’Union européenne, le but étant manifestement de faire jouer le râteau télescopique : donner l’impression que l’on veut sortir de l’Union européenne pour capter le public intéressé, et dire qu’en fait on ne veut pas sortir dans le but de capter une partie de l’électorat du PS très européiste.

François Asselineau a développé une critique très pertinente de l’Union européenne et de l’euro, mais il a ruiné son argumentation en tenant des propos incohérents sur l’utilisation de l’article 50 du traité de Lisbonne qui permet de sortir « légalement » de l’UE (il n’y a qu’à voir l’imbroglio du Brexit à cause précisément de l’art. 50), et sur sa participation aux élections européennes (on ne peut pas, d’un côté, prétendre vouloir sortir de l’Union européenne, et d’un autre côté vouloir y entrer via le Parlement européen).

Jacques Nikonoff a été le seul à tenir un discours clair et cohérent en appelant au boycott citoyen des élections européennes de mai 2019, puisque leur résultat n’aura strictement aucune incidence sur les politiques européennes. Le plus efficace est donc de s’abstenir et de battre un nouveau record d’abstention afin de délégitimer encore un peu plus le monstre de Bruxelles.

Pour regarder la vidéo, cliquez ci-dessous :

0 Filet 2

Ajouter un commentaire

Liste des participants qui ont commenté cet article

Boutique du Pardem

Bandeau Boutique

Web Analytics